Congo-Kinshasa: Rebondissements

Le retour sur scène de l'ancien président Joseph Kabila, la prise de position on ne peut plus clair de Moïse Katumbi dans l'opposition, ainsi que l'ombre d'un deal entre ces deux vieux alliés politiques ont secoué le chapitre de nouvelles la semaine dernière.

Les agitations politiques proprement dites à travers lesquelles le Congo-Kinshasa se reconnaît sont sur le point de reprendre de la hauteur, après quelques mois de somnolence consistant à faire asseoir les principales institutions du pays.

Tenez-vous donc prêts, dans les semaines qui suivent, les choses prendront une toute autre dimension. L'ancien parti présidentiel (PPRD) sort d'une évaluation politique à l'issue de laquelle les membres se sont fixés comme objectif principal, la reconquête de la présidence de la République et, bien entendu, le maintien de leur force dominatrice au niveau des Assemblées nationale et provinciales, du Sénat mais aussi des gouvernorats.

Le secrétaire permanent du PPRD, Emmanuel Shadary, battu à plate couture lors de la présidentielle de décembre 2018, a annoncé avec beaucoup de conviction le retour, d'abord comme président du parti, de celui qui aura dirigé la RD. Congo durant près de deux décennies, avec un bilan mitigé à la clé. La possibilité pour lui de tenter de nouveau un saut vers la magistrature suprême n'est pas un mythe pour ses alliés d'idéaux communs et de circonstance.

Certes, politico-socialement ce sera dur à avaler pour ces nombreux congolais qui avaient soif de changement et des ambitions nouvelles, mais juridiquement le débat reste vif sur l'éventualité pour un sénateur à vie de redevenir chef de l'Etat. Du haut de sa ferme privée de Kingakati, Joseph Kabila pourrait tout aussi se claustrer dans sa posture de spectre insaisissable et imprévisible. Ce qui fragilise la coalition et met les nouveaux partenaires (CACH) en incommodité.

Toutefois, ils sont obligés de faire avec, ils n'ont plus la même force que quand ils étaient du côté des contestataires permanents. En parlant d'opposants, le président d'Ensemble pour le Changement et l'un des leaders de la coalition Lamuka, Moïse Katumbi fait de plus en plus cavalier seul. Au cours de ses derniers meetings et sorties médiatiques, il s'affiche pas très discrètement en tant que nouveau porte-étendard de l'opposition congolaise. L'ancien gouverneur du Katanga part favori pour le poste de porte-parole de l'opposition qui, lui, sera désigné par consensus au niveau du parlement. Et c'est, semble-t-il, l'objet de son probable rapprochement avec l'autorité morale du Front Commun pour le Congo. Il faut être en vie pour voir le rebondissement politique de ces acteurs les prochaines années. Le dénouement, c'est peut-être avant 2023. Qui sait ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.