Burundi: RSF demande la libération de quatre journalistes

De gauche à droite : Térence Mpozenzi, Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Égide Harerimana, et Adolphe Masabarakiza. © 2019 Iwacu
29 Octobre 2019

Quatre journalistes et leur chauffeur ont été inculpés de "complicité d'atteinte à la sécurité de l'état" et écroués depuis le samedi dernier à Bubanza. Reporter sans frontières (RSF) condamne cette arrestation.

Les quatre journalistes (qui travaillaient pour Iwacu, l'un des derniers médias indépendants du Burundi) et leur chauffeur ont été arrêtés alors qu'ils couvraient l'incursion de rebelles burundais RED-TABARA venus de la République démocratique du Congo (RDC) voisine. Suite á leur inculpation, les cinq hommes ont été conduits à la prison centrale de Bubanza dans l´Ouest du pays où ils sont détenus. Selon le code pénal burundais, ils risquent de 5 à 10 ans de prison.

Human Rights Watch et Reporter sans frontières réclament leur libération. Pour le responsable du bureau Afrique à RSF, Arnaud Froger, ces arrestations entrent dans le cadre d'un processus de musellement de la presse á l´approche des élections générales de mai 2020.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.