Cameroun: Le bilan du glissement de terrain s'alourdit

Photo: © RFI
Bafoussam, dans l'ouest du Cameroun.
30 Octobre 2019

Le nombre de morts de l'accident de Bafoussam grimpe à 47 morts ce mercredi. Un drame qui vient rappeler que d´autres pays sur le continent africain sont également touchés par ces fortes pluies.

Au Cameroun, le bilan du glissement de terrain de Bafoussam, dans la nuit de lundi à mardi (29.10) s'alourdit encore ce mercredi 30 octobre. Au moins 47 personnes ont péri suite au glissement de terrain qui a emporté une dizaine de maisons, dans l'ouest du Cameroun. Des hommes munis de pelles fouillaient encore la boue épaisse en contrebas mardi.

Sur place Kenghi Albert, rescapé, raconte. "La maison a vibré. Comme je n'ai pas reçu de choc, j'ai pu sortir pour prendre connaissance des dégâts. C'est à ma sortie que j'ai pu constater que c'est la terre qui s'est écroulée", explique-t-il. "Les maisons des voisins ont été touchées. Pour ma part, je n´ai que des dégâts matériels. Depuis cette nuit, on a trouvé six corps."

Alertées, les autorités administratives de la région ont fait le déplacement pour constater la catastrophe. Le ministre de la décentralisation et du développement local, Georges Olanga Obam, a exprimé son désarroi face à la situation. "Un certain nombre de familles étaient installées ici, notamment des adultes et des enfants", a-t-il déploré. "Malheureusement, d´après ce que l'on peut constater, il y a peu de chance qu'on trouve des gens encore en vie. Mon sentiment est qu'il faut chercher la cause de cet incident dans la nature du terrain et en raison des fortes pluies qui sont tombées."

D'autres pays touchés

La tragédie du Cameroun n'est pas un cas isolé. Au Niger, le débordement de la rivière Komadougou a détruit des rizières et fait 42 morts. "Il y a eu plusieurs décennies durant lesquelles on n'a pas connu ces débordements de la Komadougou Yobe", raconte Nouhou Arzika, acteur de la société civile. "Tout le long de la rivière il y a eu ces débordements qui ont envahi des zones de culture, des localités et causé ces problèmes au détriment de nos populations."

Pour certains observateurs, ces catastrophes sont les signes évidents du changement climatique. Récemment, on a dénombré 28 morts au Ghana et 286 maisons rasées en raison de pluies torrentielles. Au Soudan du Sud, en dépit du fait que ce soit le début de la saison sèche, les pluies, qui ont déjà détruit 20.000 tonnes de riz, devraient encore durer plusieurs semaines.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.