Congo-Brazzaville: Département du Pool - Le CSI de Mabaya fait peau neuve

Située à quelque 28 km de Brazzaville, notamment dans la sous-préfecture de Goma Tsé-Tsé, l'infrastructure sanitaire endommagée par les récents événements dans le département a été officiellement remise aux autorités, le 29 octobre, après réfection par un privé.

Financés par l'église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, à travers son département des affaires sociales et humanitaires LDS Charitie, les travaux de réhabilitation du Centre de santé intégré (CSI) de Mabaya ont duré deux mois et demi. Confiés à l'Association Maman Bouck pour le développement du Congo, ces travaux ont consisté, entre autres, à la réhabilitation des bâtiments et à la construction des latrines.

En effet, cette aire de santé pourrait accueillir les habitants des villages environnants, notamment Mayitoukou, Koubola et Makana. Un ouf de soulagement pour le préfet du département du Pool, Georges Kilébé, qui a salué la dextérité avec laquelle le travail de réhabilitation a été fait selon les règles de l'art. « Ce joyau remis à neuf nous éloigne des tristes souvenirs ayant entraîné la destruction aveugle de nos propres édifices, biens communs à tous et à nos communautés », se souvient-il encore.

Le représentant régional de cette église, Eustache Ilunga, a remercié tous leurs partenaires qui ont compris la valeur de leur mission et leur apporte un soutien dans l'accomplissement de certaines actions. « Nous sommes certains que nous n'avons pas répondu à tous les besoins de ce CSI, mais nous sommes satisfaits d'avoir accompli l'essentiel avec les fonds qui proviennent des dons volontaires de nos membres à travers le monde », a-t-il déclaré, espérant que les autres besoins identifiés attireront l'attention des bienfaiteurs.

La réhabilitation de ce CSI s'inscrit dans le cadre du relèvement communautaire qui constitue un éventail des besoins de la population. En effet, c'est le haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, Euloge Landry Kolelas, qui a négocié ce protocole d'accord. « La prise en charge des besoins sanitaires de la population en général et des communautés rurales en particulier, demeure au centre des préoccupations majeures des actions gouvernementales dans notre pays », a-t-il rappelé, rassurant le ministère de la Santé de sa disponibilité quant à appuyer les efforts du gouvernement dans la réhabilitation des structures socio-sanitaires endommagées.

Il s'est, par ailleurs, félicité de la promptitude avec laquelle l'église de Jésus-Christ des saints de derniers jours a réalisé cet ouvrage. « Votre souci d'appropriation des souffrances de la population de Mabaya dans le domaine de la santé prouve votre engagement dans l'amélioration de leur accès aux soins de santé de base, non seulement ici mais aussi dans d'autres localités de notre pays », a pimenté Euloge Landry Kolelas, souhaitant que cet élan de solidarité puisse s'étendre à d'autres actions.

Il a enfin exhorté les bénéficiaires à faire bon usage des infrastructures réhabilitées pour le bien-être des générations futures.

Le directeur de cabinet de la ministre en charge de la Santé et de la population, Florent Balandamio, a salué l'apport précieux de certains partenaires dans le renforcement des districts sanitaires. « Au nom du gouvernement (... ), un grand merci à LDS-Charitie pour s'être investi autant dans la renaissance de ce centre de santé qui tient allumée la flamme de Mabaya », a-t-il conclu, émettant lui-aussi le vœu de voir les bénéficiaires s'approprier les ouvrages réceptionnés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.