Cote d'Ivoire: Paix et réconciliation - Une caravane pour sensibiliser les communautés ouest-africaines

29 Octobre 2019

La Fondation pour la paix en Afrique de l'Ouest a décidé d'aller à la rencontre des populations ivoiriennes et plus particulièrement celles de la Cedeao vivant en Côte d'Ivoire. Avec pour objectif principal, promouvoir la paix et la réconciliation.

Le top départ de cette tournée politique sera donné, le 2 novembre, à la place Laurent Gbagbo de Gagnoa. « Les discours, à l'approche de l'élection présidentielle de 2020, tendent à faire croire que l'horizon sera sombre. De ce fait, les communautés ouest-africaines vivant en Côte d'Ivoire sont inquiètes. Nous avons donc initié cette tournée pour briser le mur de la méfiance et passer un message de paix et de réconciliation. Ce sera aussi l'occasion de demander à ces communautés de se tenir loin de la politique ivoirienne, afin d'éviter les conflits inutiles. Nous avons toujours vécu en bonne intelligence avec les Ivoiriens, il faut que cela continue. Car c'est ensemble que nous allons construire cette belle terre de Côte d'Ivoire qui nous a accueillis et tout donné », a indiqué le mardi 29 octobre, à son cabinet en Zone 4, Kima Emile, président de la fondation.

Il conduira cette caravane dans les régions de Gagnoa, Soubré, Méagui, Man ; des zones qui hébergent un très grand taux de ressortissants de la Cedeao. L'apothéose de cette tournée est prévue à Abidjan. Kima Emile ne sera pas seul, il annonce dans la caravane la présence des ambassadeurs accrédités de la Cedeao. « Nous les avons tous invités. Ils viendront parler à leurs compatriotes car ce sont eux les représentants de leur pays en Côte d'Ivoire. Leurs populations sont inquiètes, c'est à eux de les rassurer et de leur expliquer les principes de la paix et de la réconciliation pour le bien-être de leurs communautés respectives », explique Kima Emile.

Cette action qui débute en Côte d'Ivoire va s'entendre à la sous-région. Le Sénégal, la Guinée, le Mali, le Niger, le Bénin, le Togo, le Burkina Faso seront également visités. « Nous avons des problèmes spécifiques à nos pays. Nous irons donc porter un message de paix et de réconciliation. Chez moi au Burkina Faso, nous sommes confrontés au terrorisme. Ce sera l'occasion de demander le soutien de la sous-région. Car ce qui se passe en ce moment au Burkina Faso, si l'on n'y prend garde, peut s'étendre à d'autres pays », a déclaré Kima Emile. En attendant, rendez-vous est pris pour le 2 novembre, à Gagnoa.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.