Guinée Bissau: L'ONU préoccupée par la situation en Guinée-Bissau après le limogeage du gouvernement

Des soldats de l'armée de Guinée-Bissau en patrouille dans les rues de la capitale.
30 Octobre 2019

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, suit avec une vive préoccupation l'évolution de la situation en Guinée-Bissau à la suite des décrets des 28 et 29 octobre publiés par le Président José Mario Vaz, révoquant le gouvernement et nommant un nouveau Premier ministre, a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée mercredi.

Le chef de l'ONU appelle toutes les parties prenantes politiques à se conformer aux décisions prises par la Commission économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) concernant les arrangements en matière de gouvernance en Guinée-Bissau jusqu'à l'élection présidentielle du 24 novembre.

« Le Secrétaire général se réjouit de la tenue d'une élection présidentielle pacifique, crédible et transparente le 24 novembre et exhorte toutes les parties prenantes à exercer leur devoir civique », a déclaré son porte-parole.

Le chef de l'ONU a par ailleurs exprimé sa tristesse au sujet du décès d'une personne à la suite d'une manifestation le 26 octobre. « Il attend avec intérêt la conclusion rapide de l'enquête indépendante annoncée par le ministère de l'Intérieur sur les circonstances et les conséquences de la manifestation », a dit son porte-parole.

La décision du Président de Guinée-Bissau de limoger avec effet immédiat le gouvernement s'inscrit dans le contexte d'une confrontation de plusieurs mois entre présidence et gouvernement. Elle pourrait compromettre la tenue de l'élection présidentielle le 24 novembre.

Depuis son indépendance en 1974, la Guinée-Bissau a connu plusieurs putschs et tentatives de coup d'Etat. La victoire de José Mario Vaz à la présidentielle de 2014 a marqué un retour progressif à la légalité constitutionnelle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.