Guinée: La problématique de la gouvernance foncière en débat à Conakry

30 Octobre 2019

Une rencontre axée sur le cadrage de la plateforme multi acteurs pour une gouvernance foncière responsable en République de Guinée a été organisée ce jeudi 30 octobre 2019 à Conakry. C'est une initiative de l'association de coopération et de recherche pour le développement (ACORD) en collaboration avec le Ministère de l'Agriculture, de la confédération nationale des organisations paysannes de guinée, de la FAO et des acteurs de la société civile guinéenne.

Objectif, mener des réflexions sur les synergies à développer en vue d'une meilleure coordination des activités et des politiques dans le cadre de la gouvernance foncière. Oumar M'Böh pour plus de détails.

Selon le Directeur Pays de ACORD GUINEE, Monsieur Macki Bah : « La Guinée, comme d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest, est confrontée à des problèmes multiples dans le cadre de la gouvernance foncière. La gestion du foncier en milieu rural et urbain est complexe et sensible. Cette situation s'explique par la superposition des droits et des pratiques, notamment l'existence des tenures foncières traditionnelles vivaces dans les différentes communautés rurales. A cela s'ajoute, l'inexistence d'une politique de sécurisation foncière du milieu rural », a-t-il dit.

C'est pourquoi il a dit que l'objectif de cette rencontre : « vise à mener des réflexions sur les synergies à développer en vue d'une meilleure cohésion et coordination des activités et des politiques dans le cadre de la gouvernance foncière. Il s'agira également d'échanger sur le processus des réformes foncières engagées par le Gouvernement Guinéen en vue de réactualiser le plan d'actions élaboré en 2018 pour la dissémination et l'opérationnalisation des Directives volontaires au niveau national, dans les communes rurales (CR) et dans le bassin du fleuve Sénégal ».

L'organisation d'une telle rencontre vient à point nommé a indiqué la représentante de la confédération nationale des organisations paysannes de guinée. Pour Aissata Yattara l'un des moyens de travail pour les producteurs reste la terre. Elle a saisi l'occasion pour exprimer les difficultés auxquelles les hommes de la terre sont confrontés : « si les producteurs n'ont pas de terres, il va s'en dire qu'il n'y aurait pas de production en Guinée. En tout cas, le constat sur le terrain est qu'ils ont commencé à déposer les petits producteurs leurs seuls moyens de travail. Donc, notre raison d'être dans cette rencontre c'est d'interpeller les dirigeants de cette situation afin que des dispositions soient prises ».

C'est le Secrétaire Général du Ministère de l'Agriculture, Monsieur NFamoi Béavogui qui a présidé cette rencontre. Les participants venus des départements de l'Agriculture, de l'Environnement, de l'Aménagement de la ville, mais également de la société civile et du milieu universitaire étaient présents ont une journée pour réfléchir et échanger sur les aspects liés à la problématique foncière et proposer des ajustements nécessaires en vue d'atteindre les objectifs. Une rencontre hautement appréciée par Monsieur NFamoi Béavogui : « Que ce soit les petits exploitants, les grandes sociétés, le milieu rural ou urbain, tout se passe sur le sol avec des droits divers. C'est dire que la question foncière est essentielle dans notre pays. Pour que les systèmes de production soient stables, pour que les villes puissent prospérer, il faudrait que cette question foncière soit résolue », a-t-il souligné.

La tenue de cette rencontre a été facilitée par la FAO, son représentant à cette cérémonie a, au nom de son institution, réitéré l'engagement de celle-ci à accompagner le gouvernement dans le cadre du dialogue et de la concertation multi acteurs pour une gouvernance foncière responsable en guinée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.