Sénégal: Université virtuelle du Sénégal - Un bilan "très largement positif", selon la section SAES/UVS

Dakar — L'Université virtuelle du Sénégal (UVS) affiche un bilan "très largement positif", affirme la section du Syndicat autonome de l'enseignement supérieur (SAES) de ladite université, dans une déclaration parvenue à l'APS.

La section SAES de l'UVS cite sa "contribution à l'orientation des nouveaux bacheliers", avec 29.000 étudiants en 2018-2019. Elle affirme que cet effectif fait de l'UVS "la deuxième université publique du Sénégal".

La section SAES/UVS met aussi en exergue "l'élargissement de la carte universitaire". Ses membres estiment que "50% des étudiants inscrits à l'UVS résident dans des départements dans lesquels il n'existe pas d'autre université publique, en dehors de l'UVS".

Ils vantent également "l'amélioration de l'inclusion au sein de l'enseignement supérieur (par exemple, les filles représentent 48% des effectifs de l'UVS, contre une moyenne nationale de 34%)".

La section SAES de l'UVS met en avant "la diversification de l'offre de formation et le développement de formations innovantes, notamment dans les STEM [science, technologie, ingénierie et mathématiques] et le numérique (ces deux derniers domaines accueillent 30% des étudiants de l'UVS)".

Les syndicalistes font par ailleurs valoir que "les résultats pédagogiques obtenus par l'UVS sont également probants". Ils le sont "du point de vue notamment de la rétention (près de 70% en première année, plus de 90% après la première année), de la réussite (près de 70% en première année, plus de 80% après la première année) ou de l'insertion professionnelle".

La déclaration signale par exemple que "les étudiants de l'UVS réussissent aux concours administratifs les plus prestigieux", tandis que "plein d'autres sont insérés dans divers secteurs de la vie économique ou sont en situation d'auto-emploi).

"Les étudiants de l'UVS sont par ailleurs pleinement engagés dans diverses activités de services à la communauté, contribuant ainsi à la satisfaction des besoins au sein de leurs terroirs (huit communes, 45 écoles primaires, 20 collèges d'enseignement moyen, cinq lycées, cinq districts sanitaires et plus de 1.000 familles ont ainsi directement bénéficié à ce jour de ces activités)", poursuit le texte.

Pour les syndicalistes, ce bilan "porte aussi l'empreinte des personnels enseignants de l'UVS, qui se dévouent corps et âme en faveur de leur institution et qui, au-delà, font preuve d'un engagement patriotique".

Ils rappellent que "la création de l'UVS a été une recommandation forte de la CNAES (Concertation nationale sur l'avenir de l'enseignement supérieur, tenue en 2013), entérinée par le conseil présidentiel sur l'enseignement supérieur tenu en août 2013".

"L'UVS ne souffre donc aucun déficit de légitimité, puisque sa création est le produit d'une réflexion inclusive à laquelle ont pris part toutes les parties prenantes de l'enseignement supérieur, et plus largement toutes les composantes de la société sénégalaise", insistent-ils.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.