Sénégal: Echos des Journées cinématographiques de Carthage (JCC)

- Du nouvel espace consacré aux techniques du numérique à la rétrospective de 16 films sur le Liban, l'édition 2019 des Journées cinématographiques de Carthage (JCC, 26 octobre-2 novembre) mise sur de nouvelles initiatives pour se réinventer. En voici les échos.

Carthage digitale : Acteurs, réalisateurs, producteurs et passionnés du cinéma ont lancé un nouvel espace d'échange autour des techniques du numérique. Initié par le Centre national du cinéma et de l'image (CNCI) de la Tunisie, cette première édition du "Carthage Digital" représente une nouvelle section de "Carthage Pro".

Elle se veut "le signe d'une évolution dans les idées et les mentalités des professionnels du domaine", selon la directrice du CNCI, Chiraz Labadie.

"Les techniques numériques représentent de nouvelles façons de faire du cinéma qui aident à le développer par les techniques de digitalisations sans nuire aux fondamentaux du cinéma classique", fait-elle valoir.

Elle souligne que la création de cette section dont l'élaboration a commencé depuis 2017, afin de promouvoir ce domaine riche en potentiel pour le cinéma et les jeux vidéo, constituait "un défi" relevé par le CNCI.

Engage@JCC : Après le festival de Durban en Afrique du Sud, le programme "Engage@JCC" a été lancé à Carthage pour la première fois, avec la participation de différents acteurs de l'industrie cinématographique, lesquels sont ainsi invités à des réflexions multidisciplinaires et critiques afin d'explorer les possibilités d'expérimenter et de créer des modèles alternatifs. Il s'agit aussi de favoriser la formation de "nouvelles synergies".

Différentes tables rondes ont été organisées dans ce cadre, notamment celle liée à "la recherche et critique cinématographique", histoire de voir comment valoriser et dé-marginaliser le discours local sur les cinémas africains, arabe et de la diaspora.

Pour de nombreux critiques de cinéma, il est nécessaire de diversifier les supports pour toucher un maximum de public, étant donné qu'il y a de moins en moins de personnes pour la lecture.

"Il faut sortir de cette représentation de la critique qui est un travail de lourd", a préconisé le critique et universitaire tunisien Ikbal Zalila.

Le critique qui se présente comme "un organe de lien entre le professionnel et le public", selon le sénégalais Thierno Ibrahima Dia, doit désormais avoir comme rôle "de créer des archives, ce qui va permettre au film d'exister dans la durée", indique son homologue français Olivier Barlet.

Focus Libanais : Le Liban, l'un des pays invités d'honneur de cette session 2019 des JCC, a présenté une rétrospective de 16 films (dix longs métrages et six courts) dont "1982 & The rifle, The jackal, The wolf, and the boy" du réalisateur Walid Moenes.

Ce film a été projeté en ouverture, lundi, au cinéma l'Africa, en présence de Bassem Nomani, ambassadeur du Liban et de Mohamed Zinelabidine, ministre des Affaires culturelles de la Tunisie.

Pour le réalisateur et historien du cinéma, Hady Zaccak, déjà venu à Dakar pour présenter son film "Mercédes+", le cinéma libanais, "longtemps habité par la guerre civile, le déchirement social et culturel, est en plein ébullition avec l'empreinte de certains réalisateurs libanais".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.