Madagascar: Le ministre Vonjy Andriamanga remercié - Pénurie de carburants, délestage, approvisionnement d'eau

Tous les membres du gouvernement concernés par les foyers de tensions actuels sont désormais avertis.

Coup de tonnerre durant le Conseil des ministres d'hier. Le ministre de l'Energie, de l'Eau et des Hydrocarbures, Vonjy Andriamanga a été remercié. C'est le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique, Ramarolahy Christian qui a été désigné pour assurer son intérim. Décidément, l'affaire de la pénurie de carburants survenue la semaine dernière a fait beaucoup de ravages. Apparemment, la démission du Directeur général de l'Office Malgache des Hydrocarbures (OMH), considérée par bon nombre d'observateurs, comme un fusible n'était pas suffisante aux yeux du numéro Un d'Iavoloha. Faut-il rappeler que suite à cette affaire, la Société Logistique Pétrolière a été sanctionnée à payer une amende de 120 millions d'Ariary pour défaillance dans le stockage et le transfert des produits pétroliers. De même pour les sociétés Total et Shell qui ont écopé d'une amende de 60 millions d'Ariary pour non distribution.

Contrat-programme. En effet, exigeant la culture des résultats aux membres du gouvernement et à ses proches collaborateurs, le président Andry Rajoelina trouve que, toutes les explosions sociales qui se sont succédé au sein de ce département ministériel sont impardonnables. C'est pourquoi il est hors de question d'attendre le mois de février qui marquera la fin du contrat-programme d'un an présenté en début de son mandat. Outre la pénurie de carburants, le désormais ancien ministre de l'Energie s'est aussi heurté au retour du délestage et les problèmes d'approvisionnement d'eau dans plusieurs villes de la Grande île. Sans parler des difficultés auxquelles la Société JIRAMA a fait face depuis le début de l'année. En quelque sorte, le Chef de l'Etat trouve que le ministre Vonjy Andriamanga a failli à sa mission. Il est donc le deuxième membre du gouvernement à avoir été remercié sous l'ère Rajoelina. Il a certainement été jugé incapable de suivre le rythme du TGV. Faut-il rappeler que lors du dernier remaniement gouvernemental, l'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur, Madeleine Félicitée Rejo-Fienena était la seule à avoir été obligée de descendre du train en marche.

Foyers de tensions. En tout cas, désormais, tous les membres du gouvernement sont avertis. Le président Andry Rajoelina ne tolère pas l'incompétence et le laxisme. Et ce, même vis-à-vis de ceux qui sont considérés comme des grandes figures de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar (IEM). D'après les informations, d'autres ministres concernés par les actuels foyers de tensions seraient aussi dans le collimateur du numéro Un d'Iavoloha. Tous les départements ministériels doivent répondre aux exigences des « 13 Velirano ». La question est désormais de savoir si tous les membres du gouvernement Ntsay Christian seront encore à leur poste respectif après la fin du contrat-programme d'un an au mois de février. D'autant plus qu'actuellement, les députés membres du groupe parlementaire IRD commencent à hausser le ton contre les ministres qui, d'après eux, « laissent le président tout seul pour répondre aux attaques et aux problèmes sociaux ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.