Cameroun: Catastrophe de Bafoussam Gouatchié 4 - Paul Biya en sapeur pompier des causes perdues

31 Octobre 2019

Paul Biya a accordé 200 millions de soutien aux familles endeuillées de la tragédie de Bafoussam. Comme c'était le cas lors de la catastrophe d'Efoulan, un quartier de Yaoundé et le drame d'Eseka. Toujours le président n'est jamais présent physiquement.

Les politiques s'en offusquent « Le président reste dans sa logique de se murer dans la tour d'Etoudi pour gouverner par procuration ». Pour autant, faut-il penser avec le quotidien Le Messager que « Paul Biya est le monstre froid » ? Le journal se demande si chef de l'Etat sortira enfin de sa tour d'ivoire pour se rendre sur le théâtre de la catastrophe qui a frappé le chef-lieu de la région de l'Ouest. Seulement, le président a encore tweeté, dans sa page numérique, pour annoncer le déblocage de 200 millions pour venir en aide aux familles. Un geste de « magnanimité » repris en cœur par les tabloïds.

Eboulement à Bafoussam : « Le chef de l'Etat débloque 200 millions Fcfa ». Pour Cameroon Tribune. Le président de la République, Paul Biya a annoncé hier par un tweet, avoir décidé que la prise en charge complète des familles et l'évacuation des populations rescapées du site du drame sont à la charge de l'Etat. Le ministre de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji conduit une équipe interministérielle sur le terrain. Objectif : faire une évaluation de la situation. La République Presse nous fait part de « la main secourable du président Biya ». Après avoir dépêché Paul Atanga Nji, ministre de l'Administration Territoriale, au chevet des sinistrés, le président de la République a ordonné hier, 30 octobre 2019, le déblocage d'un montant de 200 millions Fcfa, répartis équitablement pour l'assistance de 50 familles endeuillées et pour le recasement de 150 autres.

Une Tragédie de Bafoussam dont les responsabilités sont bien définies. Dont Le journal Emergence a fait une stratification « Voici l'échelle des responsabilités ». Ils sont, par ordre d'importance : Ministère de l'Habitat et du développement urbain, ministère des domaines, direction de la protection civile, mairie ... Info Matin quant à lui a esquissé un bilan de ce « Cameroun est en deuil ». La catastrophe a causé, dans la nuit du 28 au 29 octobre à Gouatchié 4, département de la Mifi, Région de l'Ouest, une cinquantaine de morts, de nombreux disparus et blessés, 11 maisons détruites.

Au demeurant, pour le journal Signatures, le Problème Foncier au Cameroun : « Une bombe à retardement ». La lutte pour la conquête des terres au Cameroun fait rage. Une véritable bombe à retardement si les pouvoirs publics n'y prennent pas garde. C'est chacun qui veut posséder son lopin de terre. Dans les deux grandes métropoles, les autochtones crient leur-ras-le-bol face aux envahisseurs. Les objectifs ne sont pas les mêmes pour tous : hégémoniques pour certains,

économiques pour d'autres. Les pontes de la République dictent leur loi. Les grands perdants demeurent toujours les populations locales ignorantes et pauvres, incapables de préserver leur héritage, faute de moyens. Le titre foncier étant hors de prix pour elles. Et que dire du rôle des « chefs de terres » dans cette ruée vers la terre justement ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.