Afrique: La FIJ lance une campagne de trois semaines contre l'impunité

communiqué de presse

La campagne débutera le 2 novembre, à l'occasion de la Journée internationale pour mettre fin à l'impunité des crimes contre les journalistes, et se poursuivra jusqu'au 23 novembre, date anniversaire du massacre d'Ampatuan aux Philippines, au cours duquel au moins 32 professionnels des médias ont été tués.

La Fédération a enregistré 1064 meurtres de professionnels des médias au cours des 10 dernières années. Pourtant, seul un meurtre sur dix est puni. Selon l'UNESCO, 93 % des victimes sont des journalistes locaux.

"L'impunité se produit lorsque ceux qui placent une bombe sous la voiture d'un journaliste restent assis dans les institutions d'un État ou dans les conseils d'administration des grandes entreprises ", explique la Fédération.

La campagne de la FIJ se concentrera sur 5 pays - la Palestine, le Pérou, les Philippines, la Somalie et l'Ukraine - des pays où le niveau d'impunité pour abus, emprisonnements, agressions et assassinats de journalistes a été élevé, compte tenu des niveaux de violence contre les journalistes dans les pays respectifs et de l'échec systématique des autorités à combattre l'impunité.

En Palestine , la situation est particulièrement tendue pour les journalistes, les professionnels des médias étant la cible des autorités israéliennes. Dans la bande de Gaza, les journalistes, ainsi que les citoyens, paient le prix des affrontements dans une région où le contexte politique est extrêmement sensible. Au cours de la dernière décennie, 31 journalistes ont été tués dans les Territoires palestiniens occupés, dont 3 étrangers, rapporte le Syndicat des journalistes palestiniens (PJS). Parmi eux, 28 ont été tués par les forces israéliennes, 2 par des hommes armés à Gaza et 1 par la Brigade des martyrs d'Al-Aqsa. Aucun des assassins de ces 31 meurtres n'a été puni.

L'Association nationale des journalistes péruviens (ANP) a enregistré un total de 64 journalistes assassinés depuis 1980, dont 61 ne sont pas résolus. Le taux d'impunité pour les crimes contre les journalistes dans le pays est de 98%. Bien qu'il y ait eu des procès au cours desquels des tueurs ont parfois été jugés, la plupart d'entre eux étaient des tueurs à gages et les commanditaires des crimes n'ont pratiquement jamais été identifiés ni punis.

Aux Philippines , le Syndicat national des journalistes (NUJP) a enregistré 186 assassinats depuis 1986, dont 17 seulement ont été résolus. Alors que l'assassinat de 32 journalistes à Maguidanao est considéré comme le meurtre le plus massif de professionnels des médias et un cas emblématique d'impunité, l'attitude de l'administration Duterte envers la presse, et ses cas de harcèlements et d'abus constants de professionnels des médias perpétue la conviction que les auteurs de harcèlement échappent à la justice.

En Somalie , 55 journalistes ont été tués depuis 2010, dont 8 étrangers, et seulement 4 assassins ont été punis. Le groupe terroriste islamiste Al-Shabab est tenu responsable de nombreux attentats, assassinats et enlèvements depuis sa création, notamment de journalistes et de professionnels des médias. Le climat de peur qui entoure les professionnels des médias a un effet paralysant sur la liberté d'expression et la lutte plus large pour dénoncer les violations des droits humains en Somalie, selon l'Union nationale des journalistes somaliens (NUSOJ).

L'Ukraine est un pays dangereux pour les journalistes, en particulier dans la ville et la région de Kiev. Seize journalistes ont été tués depuis 1995, dont 7 étrangers. La propriété des médias est entre les mains d'oligarques, ce qui rend le travail des journalistes compliqué et difficile. L'Union nationale des journalistes d'Ukraine (NUJU) dénonce le fait que les cas de harcèlement de journalistes lors des manifestations d'Euromaiden de 2013-14 n'ont jamais été traités. Lors de la dernière élection présidentielle, des journalistes ont été attaqués, menacés et soumis à une surveillance injustifiée. Enfin, personne n'a encore été puni pour le meurtre de Georgiy Gongadze dont le corps a été retrouvé en novembre 2000, décapité et couvert d'acide.

Le président la FIJ, Youness Mjahed, a déclaré : "Parler d'impunité pour les crimes contre les journalistes, c'est parler d'injustice, de silence et de complicité institutionnelle avec les assassins. Aujourd'hui, nous appelons tous nos affiliés à travers le monde à se joindre à notre campagne mondiale pour exprimer leur ferme rejet du niveau d'impunité qui laisse les familles de nombreuses victimes impuissantes et de nombreux collègues effrayés de dire la vérité. La lutte contre l'impunité des crimes contre les journalistes est une nécessité pour nous tous, au-delà du cercle des médias. Il n'y a pas de presse libre si ceux qui ordonnent ou commettent des assassinats restent en sécurité, forçant les médias à cacher la vérité et terrorisant celles et ceux qui prennent le risque de la révéler."

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: IFJ

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.