Togo: Abdou-rahim Bourahima - "Il faut des dispositions urgentes pour une meilleure organisation de la filière"

Les difficultés éprouvées pour l'exportation de l'ananas togolais, ce sont entre autres sujets d'une assemblée générale tenue hier Jeudi par les acteurs de la filière à Lomé.

De l'analyse de situation faite par ces acteurs, il en ressort que les problèmes vont de l'emballage à l'acheminement en passant par les moyens de transport.

Pour ces acteurs de l'économie qui ont opté pour la commercialisation de l'ananas togolais, par le biais du président du Comité d'organisation de cette AG, Abdou-rahim Bourahima, grand est le regret de ne pas disposer d'une société pour gérer cette exportation.

"Déjà, nous n'avons pas de société par laquelle nous pouvons facilement gérer les exportations", a déclaré ce dernier avant d'ajouter qu' "il urge de prendre au plus vite des dispositions pour une meilleure organisation de la filière".

Si les acteurs du secteur de l'exportation de l'ananas togolais se sont accordés au cours de cette AG à mutualiser leurs efforts, pour parvenir à une interprofession, ils sont aussi convaincus d'une chose : une bonne organisation et un bon produit sont indispensables pour une amélioration du prix des produits qui oscille aujourd'hui entre 100 et 125 F cfa.

Précisions, à travers le programme dénommé « ProDra », GIZ (Agence de la Coopération Allemdande) soutient cette filière ananas togolais pour son développement, par la fourniture des équipements agricoles.

Conséquence, on en dispose à ce jour de 26 transformateurs de l'ananas inscrits dans une démarche qualité, ceci au travers de la formation mais aussi de l'hygiène.

Pour rappel, en 2018, c'est, pas moins de 1,5 milliards FCFA que l'exportation de l'ananas a rapporté au pays de Faure Gnassingbé.

Ce qui d'après des chiffres communiqués par la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest) dans son dernier rapport sur le commerce extérieur dans l'espace UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine), affiche un bond spectaculaire de 50% comparativement à l'année 2017 où coût de l'exportation s'établissait à 1 milliard de F cfa.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.