Afrique: Mondial de rugby - l'Afrique du Sud sacrée face à l'Angleterre

Les Springboks d'Afrique du Sud sont champions du monde pour la troisième fois de leur histoire. A Yokohama au Japon, Handré Pollard, Makazole Mapimpi, Cheslin Kolbe et leurs coéquipiers ont battu les Anglais en finale du Mondial 2019 samedi 2 novembre (32-12). Ils rejoignent leurs aînés de 1995 et 2007 au panthéon de l'ovalie.

Le trophée Webb-Ellis reste dans l'hémisphère sud ! La 9e finale de la Coupe du monde de rugby, la première disputée en Asie, n'a pas souri aux Anglais.

En 2003, Jonny Wilkinson et les siens avaient dompté l'Australie, offrant au Nord son premier sacre mondial.

Samedi 2 novembre, le XV de la Rose n'a pas réussi dans sa quête d'une deuxième étoile. C'est l'Afrique du Sud qui l'a emporté au stade international de Yokohama (32-12).

Les Boks supérieurs et plus adroits

Comme souvent, cette finale de Coupe du monde a été très fermée pendant de longues minutes avec un défi physique intense.

Un défi qui a tourné en faveur des Springboks dans le premier acte. Les Anglais, en souffrance, n'ont pas su trouver leur rythme ni répondre à leurs adversaires bien en place.

Après un premier échec, Handré Pollard a réglé la mire et passé les pénalités les unes après les autres. Owen Farrell lui a répondu, mais les Anglais, bien que longtemps au contact, n'ont jamais réussi à prendre le dessus.

L'équipe qui a donné la leçon aux All Blacks néo-zélandais en demi-finale n'a pas eu la même réussite cette fois. L'Afrique du Sud ne lui a presque rien laissé.

A la demi-heure de jeu, les joueurs d'Eddie Jones ont bien cru parvenir à faire plier la défense sud-africaine, mais le rideau de fer dressé sur la ligne d'essai n'a pas cédé malgré les coups de boutoir. Et à la pause, les Boks faisaient la course en tête grâce à Pollard.

Mapimpi et Kolbe font exploser l'Angleterre

En seconde période, l'Afrique du Sud n'a pas faibli malgré les tentatives anglaises. Quand les Springboks disputent une finale de Coupe du monde, ils ne perdent pas.

En 1995, chez eux et sous les yeux de Nelson Mandela, ils avaient dompté les Néo-Zélandais. En 2007 en France, c'est l'Angleterre qui avait déposé les armes. En cette année 2019, le XV de la Rose n'a pas eu plus de chance. Et cette fois, contrairement à 1995 et 2007, l'Afrique du Sud a marqué des essais.

Après plus d'une heure de jeu maîtrisée grâce à une domination physique incontestable, les Sud-Africains ont anéanti les espoirs anglais grâce à leurs ailiers. A la 66e, Makazole Mapimpi a trouvé la faille en jouant au pied avec Lukhanyo Am, qui lui a remis le ballon pour l'essai.

Le coup de grâce est venu d'un exploit de la jeune star Cheslin Kolbe, sur l'autre aile : inarrêtable, le puissant joueur du Stade toulousain a éliminé trois essais pour clore le spectacle en beauté avec cet essai sublime (74e). Les Anglais, prostrés, ont alors compris. Cette finale venait de leur échapper pour de bon.

Kolisi, le capitaine-symbole

L'Afrique du Sud revient donc au sommet du rugby mondial, douze ans après le dernier titre ramené de Paris par Bryan Habana, François Steyn, John Smit et les autres. Avant le coup d'envoi de cette finale 2019, les Anglais avaient la faveur des pronostics. Les Boks les ont déjoués, confirmant leur montée en puissance dans cette Coupe du monde.

Siya Kolisi, le premier capitaine noir de l'histoire de l'Afrique du Sud, a tenu un discours fort avant de soulever le trophée: « Le peuple d'Afrique du Sud était derrière nous. Nous sommes tellement fiers pour eux. Nous avons tellement de problèmes dans notre pays.

Dans notre équipe, nous venons de divers horizons, de diverses ethnies, et nous sommes venus avec un but.

J'espère vraiment que ce que nous avons fait montrera aux Sud-Africains qu'ensemble, nous pouvons réaliser de grandes choses. Nous t'aimons, Afrique du Sud, et nous pouvons tout faire si nous travaillons ensemble. »

Avec trois sacres, l'Afrique du Sud égale le record de la Nouvelle-Zélande. Et dire qu'il y a deux ans, cette équipe était si moribonde... La voilà championne du monde pour quatre ans.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.