Afrique: Évacués au Rwanda, les réfugiés de Libye continuent de rêver d'Europe

Le Rwanda accueille depuis quelques semaines des demandeurs d'asile évacués de Libye, dans le cadre d'un accord avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et l'Union africaine signé le mois dernier. Un programme d'urgence présenté comme une réponse à la crise des quelque 4 700 réfugiés et migrants bloqués dans ce pays en guerre. Reportage.

Le centre de Gashora est en pleine effervescence. Situé dans la région du Bugesera, au sud de Kigali, il accueillait auparavant des réfugiés venus du Burundi. Aujourd'hui, des équipes s'affairent pour rénover et agrandir les structures afin d'héberger les quelque 500 réfugiés évacués de Libye que le Rwanda a promis d'accueillir dans un premier temps.

Les 189 demandeurs d'asile déjà arrivés sont logés dans de petites maisons de briques disséminées dans les bois alentour. Un groupe de jeunes en jogging et baskets se passent la balle sur un terrain de volley. D'autres, le regard fuyant, parfois égaré, sont assis sur des bancs à l'ombre.

« Je n'ai pas encore réalisé mon rêve »

Rodouane Abdallah accepte de parler aux journalistes, arrivés en groupe dans un bus acheminé par le gouvernement rwandais. Originaire du Darfour, ce jeune homme de 18 ans au regard doux a posé le pied en Libye en 2017. Il a tenté sept fois de traverser la Méditerranée. Il a survécu par miracle.

Aujourd'hui, il se souvient encore de toutes les dates avec précision : le nombre de jours et d'heures passées en mer, les mois en détention. Deux ans entre les mains de geôliers ou de passeurs. « Là bas, vous êtes nourris seulement une fois par jour, vous buvez l'eau des toilettes, vous ne pouvez pas vous doucher et vous devez travailler gratuitement sinon vous êtes battus », se souvient-il.

Rodouane est aujourd'hui logé et nourri à Gashora. Il bénéficie également de soins médicaux et psychologiques. Cependant, il voit le Rwanda comme une simple étape : « Je suis heureux d'avoir eu la chance de pouvoir venir ici. C'est mieux qu'en Libye. Mais je ne suis pas arrivé à la fin de mon voyage, car je n'ai pas encore réalisé mon rêve. Je veux aller en Europe et devenir ingénieur en informatique », assure-t-il. Ce rêve, cette idée fixe, tous la martèlent aux journalistes. Pourtant les places en Europe risquent d'être limitées.

« Emergency Transit Mechanism »

Dans le cadre de l'Emergency Transit Mechanism (ETM), le nom donné à ce programme d'évacuation d'urgence, les réfugiés de Gashora ont aujourd'hui plusieurs possibilités. Ils peuvent soit faire une demande d'asile dans un pays occidental, soit rentrer chez eux si les conditions sécuritaires sont réunies, soit bénéficier d'un processus de réinstallation dans un pays tiers sur le continent africain. Les mineurs non accompagnés pourraient ainsi rejoindre leur famille et les étudiants s'inscrire dans des universités de la région selon le HCR.

« Ils ont beaucoup souffert pour atteindre l'Europe, c'est donc un objectif qui est encore très cher à leur cœur. Mais maintenant qu'ils sont au Rwanda, nous essayons d'identifier avec eux toute une palette de solutions », explique Élise Villechalane, chargée des relations extérieures du HCR au Rwanda.

Mais la démarche inquiète déjà certains réfugiés : « Les pays européens dépensent beaucoup d'argent pour nous éloigner de la mer Méditerranée. Et si c'est pour cela qu'on a été amenés ici, ce serait honteux. La seule chose que je pourrais faire serait de retourner en Libye et de tenter de traverser la Méditerranée », explique un jeune Érythréen, qui préfère garder l'anonymat.

Une solution viable ?

Le Rwanda n'est pas le premier pays à mettre en place ce type de mécanisme. Le Niger a lui aussi lancé un ETM en 2017. Depuis, environ 2 900 réfugiés y ont été évacués de Libye. Environ 1 700 d'entre eux ont été réinstallés dans des pays occidentaux à ce jour. Aujourd'hui, l'Union africaine et le HCR appellent d'autres pays africains à suivre l'exemple. Mais certaines ONG sont sceptiques quant à la viabilité du système.

Au Niger, le traitement des dossiers est long, ce qui crée des tensions. Le Mixed Migration Center, un centre de recherche indépendant, rapporte que des réfugiés auraient ainsi attaqué un véhicule du HCR en signe de protestation dans le centre de transit d'Hamdallaye en juin dernier.

Plus généralement, Johannes Claes, chef de projet Afrique de l'Ouest au MMC, dénonce une externalisation des obligations des pays occidentaux en matière de droit d'asile : « Avec ce type schéma, l'UE délègue une part de sa responsabilité au continent africain. C'est d'autant plus cynique quand on sait que l'Union européenne finance les garde-côtes libyens qui interceptent les migrants avant de les envoyer en centre de détention », explique-t-il.

Du côté des signataires de l'accord, on présente le projet sous un jour différent : « Ce qui compte aujourd'hui, c'est que ces personnes sont en sécurité le temps que leurs dossiers soient traités. Et je suis fière que le Rwanda se soit porté volontaire », indique Hope Tumukunde, représentante permanente du Rwanda à l'Union africaine.

Début septembre, au moment de la signature de l'accord, Vincent Cochetel, l'envoyé spécial du HCR pour la situation en Méditerranée, assurait à Reuters que la plus grande partie du financement de ce mécanisme d'évacuation d'urgence viendrait de l'Union européenne. Il est depuis revenu sur ces déclarations. Pour le moment, c'est le HCR qui assure la totalité du financement de l'opération.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.