Soudan: SUNA interroge des experts sur l'extension de l'urgence américaine

Khartoum — - L'Agence Soudanaise de Presse (SUNA) a mené des enquêtes approfondies auprès d'experts et d'économistes sur la décision des États-Unis de prolonger l'état d'urgence au Soudan afin de déterminer les implications de cette décision à tous les niveaux.

SUNA a rencontré le professeur Abdul Azim Al-Muhal, professeur d'économie à l'Université du Soudan des sciences et technologies, qu'a confirmé que cette décision devrait être renouvelée chaque année, ajoutant que cette décision indique que les États-Unis sont une institution administrée et non des particuliers, soulignant que la publication de cette décision témoigne de l'avancement des pourparlers entre les parties soudanaise et américaine afin de porter le nom de Soudan sur la liste américaine des États qui soutiennent le terrorisme.

Il a indiqué que la l'éviration prendra beaucoup de temps, selon certains responsables américains, et que la résolution signifie également davantage de pression sur le nouveau gouvernement pour qu'il fasse davantage de concessions, notamment dans le dossier de la guerre et dans d'autres dossiers régionaux tels que le retrait des forces soudanaises du Yémen et d'autres dossiers soutenus par le Washington et leurs alliés dans la région.

Il a réaffirmé que l'arrivée d'une délégation de haut niveau des États-Unis dans le pays cette semaine avec une aide des différentes destinations des États-Unis pourrait être jusqu'à 441 millions de dollars au gouvernement du Soudan montre que les États-Unis adoptent encore la politique du bâton et la carotte avec le Soudan.

D'autre part, Dr. Babiker Mohamed Al-Tom, un analyste économique a indiqué que la décision américaine de prolonger l'état d'urgence au Soudan faisait partie de la propagande électorale du président américain.

Dr. Haitham Mohamed Fathi, analyste économique et chercheur a déclaré qu'après la décision le taux de change du dollar sur le marché parallèle soudanais serait passé à près de 80 livres, faisant allusion que cette décision priverait de nombreuses sociétés internationales de traiter avec le Soudan, craignant des sanctions.

La résolution empêche également le Soudan d'obtenir des prêts à des conditions de faveur et une assistance financière auprès d'institutions financières internationales, tout en empêchant le Soudan de normaliser ses relations politiques et économiques avec la communauté internationale et de recouvrer les recettes d'exportation soudanaises par le truchement de grandes banques.

Il a ajouté que leurs décisions privaient également le Soudan de tout traitement commercial préférentiel ou de toute exemption douanière pour les importations soudanaises, tout en privant les investisseurs américains, les entreprises et individuel de toute exemption fiscale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.