Congo-Kinshasa: Le général Michel Elesse - « Il est temps que la formation du policier soit la première étape ! »

4 Novembre 2019

La semaine passée a été marquée par trois faits majeurs, avec en toile de fond trois crimes crapuleux commis par trois éléments de la police ainsi que l'ouverture de deux grands procès en matière de flagrance. Le premier, actionné par le Tribunal militaire de garnison de la Gombe, contre le policier Ilunga et son compagnon d'armes pour meurtre d'un motocycliste, a tenu ses assises, devant l'esplanade du Boulevard Triomphal, dans la commune de Kasa-Vubu. Après deux jours d'audience, le verdict est tombé : le meurtrier du « wewa », a été condamné à la peine capitale et à 100.000 dollars de D.I.. Son collègue lui, bien que présent sur le lieu, a été acquitté.

Le second procès ouvert à la Haute cour militaire, a permis d'entendre le ministre provincial de l'Intérieur, Dolly Makambo, l'homme par qui le crime est arrivé sur l'avenue Bukama n°280, à Lingwala. Samedi 2 novembre, le procès s'est poursuivi après le rejet des exceptions soulevées par le collectif des avocats du ministre provincial de l'Intérieur.

A la suite de ces affaires et celle d'un élément de la garde d'un officier supérieur de la 12 ème région militaire, perpétré sur un motocycliste, de critiques vives ont enflammé les réseaux sociaux déplorant pour l'essentiel, les dérapages des policiers. Dans ses réactions, le secrétaire exécutif du Comité de suivi de réforme de la police, Michel Elesse Yombentole, a condamné fermement ces actes répréhensibles qui ternissent l'image de marque de la Police nationale congolaise.

Tout en présentant ses condoléances les plus attristées à toutes les familles des victimes, le général Michel Elesse Yombentole a indiqué qu'il suivra les péripéties de ces affaires judiciaires jusqu'aux sanctions pénales qui seront prononcées par les juridictions compétentes. Le secrétaire exécutif du CSRP s'est insurgé aussi contre l'intégration au sein de la police, par des éléments qui n'ont aucune notion sur ce corps.

Il est donc temps que tous ceux qui inspirent à la carrière de policier, passent en priorité par une formation appropriée. C'est cette formation qui leur permettra d'apprendre l'ABC de la police, les missions ordinaires et extraordinaires de la police, comment doit se comporter le policier, dans les missions d'intervention, et en appui aux forces armées de la RDC.

Car, il apprend des notions de Droits de l'Homme, la sécurisation du processus électoral et tant d'autres cours. Le second problème qui tient à coeur le secrétaire exécutif du CSRP, est l'appropriation de la réforme de la police. Tous les policiers et les officiers, ainsi que tous les responsables de différents services de la police, doivent s'approprier cette réforme, au risque de laisser la routine s'installer avec toutes ses anti-valeurs.

Le processus de réforme de la police mérite donc d'être relancé avec l'approbation du nouveau plan quinquennal et la loi de programmation qui le sous-tend. Ce n'est que de cette manière que l'on peut redonner confiance aux partenaires de cette réforme.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.