Burkina Faso: Droit des personnes vivant avec un handicap - Light for the World outille une vingtaine de journalistes

4 Novembre 2019

Selon Élie Bagbila, directeur pays de Ligth For the World et l'un des formateurs, « la personne handicapée selon la définition de la convention est une personne qui a des incapacités physiques, ou mentales, sensorielles ou intellectuelles durables.

C'est l'interaction de cette personne avec son environnement qui détermine le handicap. S'il y a des barrières que l'environnement pose, c'est cette condition qui met la personne en situation de handicap.

Le handicap n'est pas la personne mais il est crée par l'environnement. Le handicap n'est pas non plus un problème mais une différence ».

Même si plusieurs personnes l'ignorent, les personnes handicapées ont des droits. « Le constat c'est qu'il y a des dispositions de la loi relative aux droits des personnes handicapées qui ne sont pas connues par les organes de presse.

Principalement pour ce qui est de l'article 8 et 21, qui parlent de soigner l'image de la personne handicapée dans leurs productions.

Nous avons voulu combler ce déficit d'information au niveau des médias du Burkina en les conviant pour cette session de renforcement des capacités.

C'est aussi donner les informations sur le contenu de la convention relative aux personnes handicapées et aussi des lois et textes qui régissent la question du handicap au niveau du Burkina » a t- il ajouté.

L'article 8 de la CDPH stipule que les États doivent adopter des mesures de sensibilisation pour mieux faire connaitre les droits des personnes handicapées, combattre les stéréotypes et les préjugés à leur encontre, faire connaitre leurs capacités et leurs contributions au développement et encourager les médias à montrer les personnes handicapées sous un jour conforme à l'objet de la présente convention.

Quant à l'article 21 , il oblige les États à garantir l'accès des personnes handicapées aux informations , en demandant et en encourageant instamment aux organismes privés et aux médias qui mettent des services à la disposition du public, y compris par le biais de l'Internet , de fournir des informations et des services sous des formes accessibles aux personnes handicapées et que celle ci puissent utiliser.

A en croire M. Bagbila , le handicap rime avec pauvreté et vulnérabilité dû au fait que les personnes vivants avec un handicap vivent dans l'exclusion, la ségrégation ou encore dans l'intégration.

Pourtant, ce dont ces derniers ont besoin pour participer au développement, c'est sans doute l'inclusion qui, selon les formateurs, est une responsabilité du gouvernement, des ONG de développement, des parents des personnes handicapées, la communauté et des organisations de la société civile.

Les attitudes, l'environnement et les institutions forment des barrières à l'inclusion. Par contre, la communication, l'accessibilité, la participation et l'attitude forment les quatre piliers de l'inclusion.

C'est pour lutter contre la discrimination sur la base d'un handicap que la CDPH a été mise en place.

C'est le « premier instrument international juridiquement contraignant adopté au 21e siècle qui instaure les droits des personnes handicapées » selon Souleymane Ouédraogo, attaché en étude et analyse au ministère des Droits humains et de la Promotion civique, secrétaire général du réseau national des organisations des personnes handicapées.

La CDPH a été ratifiée par le Burkina Faso en 2009 avec son protocole et, en 2012, le Burkina a élaboré une stratégie nationale pour la promotion et la protection des droits des personnes mais « En terme de loi, le Burkina est mieux nanti pour la protection des personnes handicapées. Ce qui manque c'est l'application » a déclaré M. Bagbila.

Toutefois, Souleymane Ouédraogo reconnait qu'il y a eu des avancées en faveur des personnes vivant avec un handicap en ce sens qu'en 2007- 2009, l'accès à la fonction publique pour les personnes handicapées était traité au cas par cas.

« A partir de 2014 avec le plaidoyer que nous avons mené, il y a eu des recrutements alors qu'à mon temps, il n y avait aucun texte juridique.

Nous nous disons que le Burkina peut toujours mieux faire puisque les personnes handicapées ont prouvé qu'elles avaient des compétences avec des exemples très palpant » a t- il fait savoir.

Dans l'optique d'améliorer la qualité de vie des personnes handicapées, le programme de réadaptation à base communautaire (RBC) Manga a vu le jour en 2006 grâce à l'appui de Light for the World.

La RBC intervient dans une composante éducation, sociale, moyens de subsistance et autonomisation des personnes handicapées. En 2019, le programme a enregistré 505 bénéficiaires de différents types de handicap.

En rappel, Light for the World est une organisation de développement spécialisée dans le domaine du handicap.

Elle a un statut d'organisation non gouvernementale et couvre environ 180 programmes dans 20 pays à travers le monde et est présente au Burkina Faso depuis 2004.

Au Burkina, elle intervient dans le domaine de la santé oculaire et en général, au niveau des droits des personnes handicapées et développement inclusif ainsi que l'éducation inclusive.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.