Guinée Bissau: Les habitants dans l'attente

La résidence du Premier ministre à Bissau. Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est félicité mardi de la nomination d'Aristides Gomes au poste de Premier ministre de la Guinée-Bissau.

C'est toujours le blocage en Guinée-Bissau. À moins de trois semaines de la présidentielle, les acteurs de la crise politique campent sur leurs positions et, en attendant, les Bissau-Guinéens sont dans l'expectative.

Le président José Mário Vaz, désavoué par la communauté internationale, soutient bec et ongles son nouveau gouvernement nommé, jeudi dernier. De son côté, le gouvernement d'Aristides Gomes, limogé par le président mais fermement soutenu par la Cédéao, affirme continuer à travailler normalement. La Cédéao, médiatrice dans la crise, a convoqué un sommet extraordinaire vendredi prochain, à Niamey, au Niger. Aussi, c'est un sentiment d'attente qui prévaut à Bissau.

Devant son jus de banane, José Mariano Mario Fernandes, ancien champion d'athlétisme, regarde un match de football à la télévision dans un café du centre-ville.À 67 ans, il a connu plusieurs périodes d'instabilité dans son pays.

« Nous avons deux gouvernements, deux Premiers ministres. Ça ne va pas. Nous devons rester très unis entre nous. Dans la lutte de libération nationale, nous étions très unis. Il y a beaucoup de problèmes ici, chez nous, que l'on doit résoudre par la parole. Nous devons maintenir le calme. Moi, je crois toujours que l'on arrivera à une solution pacifique », plaide-t-il.

C'est un sentiment d'attente qui prévaut à Bissau. Pour l'heure, chaque camp maintient le cap. Le gouvernement d'Aristides Gomes, reconnu par la communauté internationale, se présente comme le seul légitime mais le président a chargé celui de Faustino Imbali de conduire le pays aux élections.

Même si tous les acteurs politiques sont d'accord pour maintenir la date du premier tour de la présidentielle du 24 novembre, ce chauffeur de taxi a des doutes.

« Est-ce que c'est vraiment sûr et certain qu'ils iront faire l'élection le 24 novembre ? Je n'en suis pas sûr. A mon avis, ce ne sera pas possible. Cela pourrait se faire l'année prochaine. C'est entre nous, Bissau-Guinéens que nous nous pourrons régler ce problème, que nous pourrons dépasser cette crise. Autrement, tout cela nous fatigue beaucoup, ici », explique-t-il.

Mais la Cédéao est venue rappeler dimanche sa feuille de route : pas question de repousser le calendrier des élections.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.