Congo-Kinshasa: Affaire Mokia - Ngoy Kasanji - Me Tunda droit dans ses bottes

5 Novembre 2019

Le nom du vice-premier ministre et ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Me Tunda Ya Kasende, est abondamment cité dans les médias et les médias sociaux à la suite de ce que d'aucuns considèrent comme son interférence dans le conflit immobilier opposant l'un des candidats malheureux à la dernière présidentielle, Gabriel Mokia, et l'ancien gouverneur du Kasaï Oriental, Ngoy Kasanji.

On le dit notamment opposé aux instructions de son collègue ministre des Affaires Foncières, Aimé Molendo Sakombi, ordonnant à l'administration des Cadastres de rétablir Gabriel Mokia comme propriétaire de la concession querellée, dans la commune de la Gombe, conformément aux décisions de justice ayant acquis la force de la chose jugée.

Selon des sources proches de son cabinet qui ont contacté Le Phare, le vice-premier ministre et ministre de la Justice et Garde des Sceaux n'est nullement animé de l'intention de s'immiscer dans la gestion des Affaires Foncières. Le noble souci qui a motivé son contact personnel avec Aimé Molendo à travers un tweet, lequel s'est retrouvé dans les réseaux sociaux à son insu, était d'attirer son attention sur le danger que représente l'annulation des certificats d'enregistrements détenus par Ngoy Kasanji, la Banque Centrale du Congo et consorts par décisions judiciaires non-définitives, au-delà du délai légal de deux ans consacrant leur caractère inattaquable.

Sa vive inquiétude s'est focalisée sur le fait que l'annulation, au niveau des instances judiciaires, d'un certificat d'enregistrement devenu inattaquable constitue une insécurité judiciaire pour tous les détenteurs des titres parcellaires. On souligne que si Me Tunda Ya Kasende a pris l'initiative de donner sa lecture des décisions judiciaires relatives au conflit foncier entre Mokia et Ngoy Kasanji, c'est en sa qualité de « conseiller juridique » du gouvernement, dans la stricte limite de ses attributions.

Compte tenu de la mauvaise interprétation qui a entouré son initiative, indique-t-on, il s'est empressé de s'en excuser auprès de son collègue des Affaires Foncières, Aimé Molendo.

Les observateurs pensent qu'au regard du malaise qui s'est installé entre les deux membres du gouvernement, le Premier ministre Ilunga Ilunkamba devrait réagir avec diligence pour clore l'incident, sans dégâts, et remettre de l'ordre dans les rapports entre ministres. Il pourrait, au besoin, rappeler à tous le respect réciproque de leurs attributions et le devoir de solidarité. Sans quoi, la cohésion de l'équipe ministérielle risque d'accuser des ratés.Kimp

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.