Somalie: Plus de 300.000 personnes touchées par les inondations déjà frappée par la sécheresse

5 Novembre 2019

Des fortes pluies et les inondations ont entraîné le déplacement de plus de 300.000 personnes en Somalie et au Somaliland depuis septembre dernier. Selon l'Agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR), l'impact des inondations a été dévastateur pour les communautés locales somaliennes, avec plus de 270.000 personnes déplacées au cours des deux dernières semaines.

« La majorité d'entre elles, soit quelque 230.000 personnes, ont trouvé refuge dans la ville de Belet Weyne et ont un besoin urgent d'aide humanitaire », a déclaré au cours d'un point de presse ce mardi à Genève, Andrej Mahecic, porte-parole du HCR.

En outre, les rapports des organismes partenaires humanitaires du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) indiquent que des villages à la périphérie de Belet Weyne ont été submergés et des centaines de familles piégées dans leurs maisons.

« La Somalie a fait des progrès dans la gestion du conflit armé et de la sécheresse, mais elle reste fragile, avec environ 2,6 millions de déplacés internes », a ajouté M. Mahecic, non sans rappeler que ces intempéries mettent en lumière la vulnérabilité croissante de la Somalie face aux effets du changement climatique.

Pour répondre à une telle urgence, un avion-cargo transportant six tonnes d'articles d'aide a atterri lundi à Belet Weyne, dans l'État somalien d'Hiirshabelle, afin de venir en aide aux personnes déplacées par les pires inondations du pays depuis des années.

La livraison de lundi était la première d'une série de vols que le HCR organise pour acheminer des secours humanitaires à plus de 20.000 personnes qui ont été coupées du reste de la Somalie par les eaux de crue et qui ne peuvent être atteintes que par avion.

Les districts touchés par les inondations sont des points névralgiques du choléra (OMS)

L'agence entend programmer jusqu'à 10 vols - trois par jour - pour transporter par avion un total de 60 tonnes de kits de secours humanitaire d'urgence, y compris des jerrycans, du savon, des couvertures, des batteries de cuisine et des bâches en plastique. Le HCR livrera également quelque 2.000 kits d'abris d'urgence dans la région.

Mais le HCR avertit que ces opérations aériennes dépendent en grande partie de la disponibilité de pistes d'atterrissage, car les eaux de crue ont englouti une vaste région.

Les rapports de nos partenaires indiquent que des villages à la périphérie de Belet Weyne ont été submergés et des centaines de familles piégées dans leurs maisons, précise l'agence.

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) rappelle que de nombreux districts touchés par les inondations sont des points névralgiques du choléra, où les gens n'ont déjà qu'un accès limité aux services de santé, où de nombreuses routes sont désormais impraticables.

« Dans ces zones où le paludisme et la diarrhée sont en recrudescence, la situation est critique pour beaucoup », a dit aux médias le porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic.

Conformément au plan de secours gouvernemental, l'OMS a aidé à déployer 20 équipes d'intervention d'urgence, 10 équipes d'intervention rapide et distribué 483 colis de fournitures médicales comprenant des modules pour le choléra et des fournitures pour les traumatismes.

Plus de 2.200 personnes ont été traitées pour une pneumonie, la rougeole, la diarrhée et d'autres maladies.

Au moins 2,5 millions de personnes touchées en Afrique de l'Est

Plus largement, ces fortes pluies et ces inondations ont touché au moins 2,5 millions de personnes en Afrique de l'Est, notamment au Soudan du Sud, au Soudan, en Éthiopie, en Somalie, au Kenya et en Ouganda.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), cela a également poussé des personnes à fuir leur domicile et entraîné la perte de biens, de récoltes et de bétail.

Dans ces conditions, l'OMS indique avoir renforcé ses actions de surveillance des maladies dans la région.

D'autant que les populations touchées par les inondations sont confrontées à des dangers liés aux maladies d'origine hydrique, aux maladies dues à la surpopulation dans les abris temporaires et à un risque accru de maladie ou de décès, car les services de santé deviennent inaccessibles.

« En collaboration avec les gouvernements, l'ONU et d'autres partenaires, l'OMS s'efforce de réduire le risque d'apparition de maladies telles que le choléra, la typhoïde et d'autres maladies infectieuses », a ajouté M. Jasarevic.

Toutefois dans un pays comme le Soudan du Sud, ce sont plutôt l'accès aux installations sanitaires, aux services de nutrition, aux services de base et aux marchés qui font partie des besoins qui ont été gravement touchés par les inondations dévastatrices.

Depuis le début des dernières pluies, 42 centres de nutrition ont été contraints de suspendre leurs activités.

Selon OCHA, des précipitations plus abondantes que d'habitude devraient se poursuivre en Afrique de l'Est, ce mois-ci et le mois prochain, avec des risques d'inondations encore plus importants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.