Cameroun: Olympisme - Thomas Bach bientôt au Cameroun

Le président du Comité international olympique (CIO) est annoncé pour les 14 et 15 novembre prochains.

La dernière visite au Cameroun d'un président du Comité international olympique (CIO) remonte à 1983. Il s'agissait de l'Espagnol Juan Antonio Samaranch.

36 ans après, le Cameroun s'apprête à accueillir de nouveau le président de l'autorité suprême du mouvement olympique. En effet, Thomas Bach est attendu au Cameroun du 14 au 15 novembre prochains. Une visite qui s'inscrit dans le cadre de la dernière étape de sa tournée africaine.

Celle-ci l'aura préalablement conduit au Cap-Vert, au Sénégal et au Nigéria. Un événement à venir qui a été annoncée hier à Yaoundé par Hamad Kalkaba Malboum, président du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc).

Pour ce dernier, la venue future du président du CIO est à classer dans le registre des grands moments de la diplomatie sportive camerounaise. Elle vient surtout concrétiser l'excellence des relations entre le CIO-Cameroun d'une part et CIO-Cnosc d'autre part.

Des rapports qui ont connu un nouveau chapitre, le 26 juin dernier, à Lausanne (Suisse) avec l'élection d'Odette Assembe Engoulou, comme membre du CIO.

L'actuelle présidente de la Fédération camerounaise de badminton est devenue après le Pr. René Essomba et Issa Hayatou, le troisième membre camerounais de l'instance où sont représentés 206 comités nationaux olympiques.

Pour l'heure, le programme définitif de la visite est en cours de finalisation. Selon le président du Cnosc, Thomas Bach devrait au cours de son séjour s'entretenir avec les autorités gouvernementales ainsi qu'avec différents acteurs du mouvement sportif national.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.