Sénégal: En visite à Tivaouane, Macky réaffirme son ancrage au modèle islamique sénégalais - Nous n'accepterons pas une colonisation spirituelle et nous allons combattre ce genre d'islam

5 Novembre 2019

Le Maouloud, commémorant la naissance du Sceau des Prophètes, Mouhammad (Psl), sera célébré le samedi 9 novembre prochain. Cinq jours avant l'événement religieux, appelé aussi «Gamou», le président de la République, Macky Sall, était en visite dans la cité religieuse de Tivaouane, hier lundi. Une occasion pour Macky Sall, face à la menace croissante de l'intégrisme, de réaffirmer son ancrage au modèle islamique sénégalais, devant le Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, qui a appelé tous les Sénégalais à œuvrer «pour sauvegarder la nation».

Le président de la République, Macky Sall, était hier, lundi 4 novembre, dans la cité religieuse de Tivaouane. Une visite qui s'inscrit dans le cadre des préparatifs de la célébration du Maouloud, communément appelé Gamou au Sénégal, prévue ce samedi 9 octobre. Selon Rfm, profitant de l'occasion, le chef de l'Etat, Macky Sall, a tenu à mettre en garde contre toute velléité d'intégrisme. «L'Islam a été pratiqué pendant des milliers d'années au Sénégal. Donc, ce n'est pas aujourd'hui que nous recevrons des leçons venues d'ailleurs. C'est une colonisation (spirituelle). Et nous ne l'accepterons pas. Personne ne doit amener au Sénégal ou en Afrique une nouvelle forme d'Islam. Nous allons combattre ce phénomène. Nous ne voulons pas d'un Islam violent et nous allons mettre tous les moyens pour combattre ce genre d'Islam», a-t-il prévenu.

SERIGNE BABACAR SY MANSOUR: «IL Y A, PARMI NOUS, DES FORCES QUI VEULENT DESTABILISER... »

Lui emboitant le pas, le Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, a jugé anormal qu'une personne puisse s'approprier une autre forme d'Islam différent de celui pratiqué par ses aïeux, menaçant la stabilité du pays et des populations. «Le président vient de mettre en garde. Il a dit que le Sénégal est un pays de paix. Mais il y a, parmi nous, des gens qui ne sont pas mus par la paix. Ils veulent déstabiliser les populations», a-t-il déploré. Suffisant pour qu'il appelle à la vigilance, invitant chaque citoyen du pays à signaler tout comportement suspect. «Chacun doit être un agent de renseignement. Si tout le monde n'a pas d'arme, chacun a ses yeux et sa bouche pour signaler toute activité suspecte. Nous devons tous être des indicateurs pour sauvegarder la nation», a-t-il conseillé.

Lors de la rencontre, le président Macky Sall a aussi promis au Khalife général des Tidianes de poursuivre les chantiers de modernisation de la cité religieuse. Auparavant, il a remercié le Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, qu'il considère comme l'un de ses plus grands défenseurs dans les moments les plus difficiles, pour son soutien constant. «Je tiens à vous remercier chaleureusement pour votre soutien connu de tous.» Après avoir sollicité des prières, le président Sall a affirmé que sa relation avec l'actuel Khalife général date de plusieurs années, bien avant son accession à la magistrature suprême.

«JE M'APPELLE SERIGNE BABACAR SY ET NON SERIGNE MBAYE SY»

Pour sa part, le Khalife général des Tidianes a déclaré que ses relations avec le chef de l'Etat sont basées sur la vérité, sans aucun intérêt. En outre, le guide religieux a «décrété» désormais qu'il soit appelé Serigne Babacar Sy. Donc, le Khalife général des Tidianes ne répondra plus sous l'appellation «Serigne Mbaye Sy» (Mansour), née d'une erreur sur son nom. «... Je ne m'appelle plus Serigne Mbaye Sy, je m'appelle Serigne Babacar Sy... A présent, je ne répondrai plus à celui qui m'appelle par "Serigne Mbaye Sy"».

TIVAOUANE - MACKY INVITE A TENDRE LA MAIN A L'OPPOSITION

Le porte-parole du Khalife général des Tidianes Pape Malick Sy a invité, lundi, à Tivaouane, le chef de l'État Macky Sall à tendre la main aux opposants qui veulent travailler avec lui pour la bonne marche du pays, rapporte l'Aps. "Si quelqu'un dit qu'il veut du bien au pays et vous aussi, vous voulez du bien au pays, alors invitez-le à la discussion", a dit le marabout, lors d'une rencontre organisée à l'occasion de la visite du président Sall en prélude au Gamou de Tivaouane.

Selon Pape Malick Sy, une personne de bonne foi est toujours disposée à entendre raison, si on lui présente quelque chose de plausible. Il a convoqué une anecdote datant de 1970, quand, au sortir de la contestation estudiantine de mai 68, Cheikh Tidiane Sy avait appelé le président Senghor à "démilitariser la rue", au regard de l'impressionnant dispositif de sécurité dans les rues de Dakar, "avec un char dans chaque coin de rue". Ce qu'il considérait comme un "aveu de faiblesse".

Il lui avait conseillé alors, raconte le marabout, d'inviter à la discussion aussi bien les "bonnes volontés" que les "hommes d'action" de l'opposition. "Ceux des contestataires qui veulent la paix dans le pays vont accepter de s'entendre sur la marche du pays parce qu'on ne peut être en perpétuelle adversité", a-t-il poursuivi. "C'est pourquoi nous demandons au Président Macky Sall de tendre la main à ceux qui disent qu'ils veulent travailler avec lui, car il n'y a pas d'inconvénient à cela", a-t-il indiqué.

Pape Malick Sy a évoqué l'exemple des compromis que le Prophète (PSL) trouvait avec ses adversaires les plus farouches lors de négociations.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.