Congo-Kinshasa: Gratuité de l'éducation - Le mouvement de protestation s'amplifie

Dans l'ex-Katanga en RDC, de plus en plus d'enseignants des écoles publiques sont en grève. Et notamment dans les écoles conventionnées par les Églises. Depuis la mise en application du programme du gouvernement central sur la gratuité de l'enseignement de base, les mouvements de protestation se multiplient.

Ce mardi, les enseignants des écoles conventionnées catholiques de Lubumbashi étaient sur leur lieu de travail mais n'ont pas dispensé les cours aux élèves. Le syndicat national des enseignants des écoles catholiques (Synecat) explique que cet arrêt de travail est un acte de solidarité envers leurs collègues employés par l'État mais jamais payés. Ces enseignants ne recevaient de salaires que des parents, un principe aboli par le chef de l'Etat depuis septembre.

105 000 enseignants sans salaire

Au niveau national, le Syndicat des enseignants du Congo (Syeco) estime qu'il existerait 105 000 enseignants sans salaire dans tout le pays. Le gouvernement promet de lancer une opération d'identification d'ici‪ au 15 novembre‬, un préalable avant d'envisager de leur payer un salaire.

Rééquilibrer villes et campagnes

Ce n'est pas le seul motif de grève dans l'ex-Katanga. Le mouvement de protestation touche d'autres territoires en milieu rural. Dans certaines écoles, les enseignants protestent contre la différence de traitement entre ville et campagne. Tous ont perdu la prime des parents. Mais à Kinshasa ou à Lubumbashi, en guise de compensation, un enseignant touche 124 dollars de plus. En milieu rural, ce n'est que 24 dollars. Cécile Tshiyombo, présidente du Syeco assure qu'elle travaille avec le gouvernement afin d'obtenir un rééquilibre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.