Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - Le Mont-Goma en voie de disparition

Classée parmi les villes touristiques de la République démocratique du Congo, Goma qui est le chef-lieu de la province du Nord-Kivu risque de ne plus regorger, dans les prochaines années, le Mont-Goma aujourd'hui spolié par des tierces personnes au vu et au su des autorités de la province.

Long de 1. 800 mètres, la montagne de Goma qui est un patrimoine touristique de cette ville est devenue, depuis un certain temps, un lieu des ventes et achats des parcelles dont certaines autorités politico-militaires seraient des vendeurs et/ou acheteurs de ces terrains sur ce site en complicité avec les services de cadastre, ainsi que ceux de l'urbanisme et habitat du Nord-Kivu.

Profitant de sa rencontre, ce mardi 5 novembre 2019, avec tous les notables de la ville de Goma, Carly Nzanzu Kasivita, Gouverneur de province, a annoncé tout de même le scellement des enclos nouvellement construits sur ce site touristique, sans fixer l'opinion sur les vrais auteurs de ce geste antipatriotique touchant à la beauté naturelle de la ville ni leur quelconque poursuite en justice.

« Nous allons sceller les enclos construits au Mont-Goma », a-t-il annoncé aux deux Bourgmestres et 18 chefs de Quartier de Goma présents à cette rencontre.

Selon les témoignages recueillis auprès de la population environnante du Mont-Goma, il s'agit des hommes politiques et des officiers de l'armée congolaise qui seraient en train de spolier ces terres du Mont-Goma qui est voisin direct du siège de la 34ème région militaire à Goma.

Des graves révélations

« Je ne peux pas trop commenter là-dessus parce que moi personnellement j'ai deux parcelles à Mont-Goma que j'ai achetées », a confié à Lepotentielonline.net, une députée provinciale de Goma qui a requis l'anonymat de peur, dit-elle, de trahir ses voisins qui ont acheté comme elle une portion de terre sur ce patrimoine touristique.

Le ministre provincial en charge des affaires foncières au Nord-Kivu a, quant à lui, rappelé qu'il aurait effectué déjà une visite sur le lieu pour s'enquérir de la réalité qu'il qualifie d'une « situation désolante et difficile à comprendre et à expliquer ». Il a signalé en même temps qu'il serait en train de réunir les éléments nécessaires sur le dossier pour des réponses plus précises à la presse dans un futur proche.

La rigueur de la loi aux contrevenants

À l'Assemblée provinciale du Nord-Kivu, la plupart des députés provinciaux s'insurgent contre cette spoliation. Une commission a été mise en place pour tabler sur cette problématique qui touche à l'environnement de la ville. Ces élus provinciaux promettent d'interpeller l'exécutif provincial, à travers une motion, pour que les responsabilités soient établies quant à ce.

Pour société civile, cet acte constitue une menace sur le tourisme à Goma où les espaces verts disparaissent progressivement. « C'est une indignation que nous exprimons à ce jour. Nous demandons à ce qu'il y ait des sanctions exemplaires à l'endroit des vendeurs et acheteurs des terrains sur ce site », indique Vicare Batundi, premier vice-président de la société civile de Goma. Il entrevoie une « complicité » de la part des services de l'administration foncière. Il pense que la loi doit être appliquée à tous les contrevenants.

À part les activités de vente et achat de terrains sur ce site touristique, il se fait observer également l'exploitation de sable utilisé dans la construction des maisons dans d'autres coins de la ville. Cette montagne de Goma qui longe vers le lac Kivu attire des milliers de touristes qui viennent y visiter chaque année.

Sa disparition aura, sans nul doute, un impact négatif sur le tissu économique de la province car le tourisme contribue également à la régénération des ressources financières du Nord-Kivu.

Correspondant à Goma

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.