Congo-Kinshasa: Est-il encore possible à la coalition Cap pour le Changement (CACH) et au Front Commun pour le Congo (FCC) d'œuvrer en division positive jusqu'en 2023 ?

analyse

Difficile, mais pas impossible serait la réponse appropriée que mériterait cette interrogative réflexion de la part du peuple congolais avisé qui observe avec une attention soutenue la manière déplorable avec laquelle certains dirigeants de regroupements politiques ainsi que ceux des entreprises et établissements publiques sont en train d'écrire l'histoire de ce pays de Patrice Emery LUMUMBA, en dehors de quelques exceptions bien sûr.

Une histoire qui semble être caractérisée par l'instabilité politique et l'insécurité sociale dues au retard de changement de mentalités de certains dirigeants politiques et politico administratifs qui tiennent à la division négative de la coalition CACH-FCC, au lieu de la division positive qui serait chère aux nouveaux citoyens et aux citoyens nouveaux de cet Etat de droit, indépendant, souverain, uni et indivisible, social, démocratique et laïc qu'est la République démocratique du Congo.

Une République que les Congolais croient qu'en jetant un coup d'œil historique en arrière en regardant en avant, il y a lieu de capitaliser sectoriellement la passation de pouvoir pacifique et civilisé du 24 janvier 2019, entre le 4ème Président de la République Démocratique du Congo Joseph KABILA KABANGE et le 5ème Président Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO.

Car, de l'analyse à faire sur la dernière adresse du Président sortant au peuple congolais, et le discours d'investiture du Président entrant audit peuple, il semblerait que le 4ème et le 5ème Président ont démontré aux yeux du monde leur bonne volonté d'exploiter rationnellement le contenu de la devise de la RDC qui est «Justice-Paix-Travail» et de son hymne national «Le Debout Congolais». Et qu'avec la coalition CACH-FCC, la division positive devrait en principe aider cette coalition à éviter certaines erreurs politiques qui s'étaient glissées dans la gestion sectorielle de notre pays.

Mais avec les négativistes et les extrémistes politiques qui s'érigent sournoisement en obstacle, pour empêcher le 4ème et le 5ème Présidents République de contribuer davantage à l'amélioration des conditions de vie du peuple congolais, il va de soi que l'esprit de division négative engendré par les défenseurs d'intérêts personnels et égoïstes soit nécessairement réfractaire à la contribution attendue de deux Présidents au bonheur du peuple congolais. C'est vraiment regrettable.

Patriotiquement et professionnellement, il serait possible à la coalition CACH-FCC de terminer leur deal dans un climat politique stable et une sécurité sociale acceptable, si cette coalition exploitait rationnellement d'une façon ou d'une autre le contenu de la devise de notre pays et de son hymne national qui sont utiles au changement de mentalités des Congolais que nous sommes sans distinction. Et cela malgré les épines qui joncheraient la route qui mène vers la fin du premier quinquennat du 5ème Président de la République en 2023.

Avec la stabilité politique durable et la sécurité sociale acceptable, le peuple congolais peut, par l'entremise des professionnels de médias et les structures appropriés, être sensibilisé à la lutte à mener sectoriellement contre les antivaleurs comme la corruption, la fatalité, l'injustice, la médisance, l'incompétence, le clientélisme, la flatterie, la marginalisation, la torture morale et autres, qui sont à la base de la situation difficile que traverse notre pays sur le plan politique, professionnel et extra-professionnel.

Puisque la coalition CACH-FCC a été dictée par ce souci de voir le peuple congolais vivre dans un pays où ses conditions de vie doivent être améliorées, il revient aux professionnels de médias en général, et de médias audiovisuels en particulier, avec en tête la RTNC, de faire progressivement l'autopromotion de leurs programmes traitant la matière de changement de mentalités, où la positivité de bonnes actions menées par la coalition CACH-FCC soit aussi mise en exergue par les professionnels de médias que nous sommes. Tandis que les actions négatives puissent faire l'objet des critiques positives.

Le changement que nous cherchons est à ce prix. Ah Le changement ! Tout le monde veut le changement. Mais pour l'avoir, il faut nécessairement que les antivaleurs soient supplantées par les valeurs comme les bonnes manières que les professionnels de médias doivent apprendre à la population sans distinction aucune. Les dirigeants de la République Démocratique du Congo ont intérêt à œuvrer d'abord pour l'intérêt de « leur peuple » qui risque de ne plus croire à eux suite à leur comportement qui friserait le masochisme.

Mais, avec la détermination du 5ème Président de la République démocratique du Congo qui fait de la lutte contre les antivaleurs son cheval de bataille, pour que le Congo démocratique soit effectivement bâti plus beau qu'avant dans la paix, il y a lieu d'espérer au changement de mentalités des Congolais que nous sommes pendant cette 3ème République, à condition de changer nos mentalités en interne, avant de nous y prendre au changement de mentalités.

Avec le travail à faire par la RTNC pour l'éducation médiatique de la population et surtout l'éveil de conscience des dirigeants politiques et politico-administratifs de notre pays, la coalition CACH-FCC peut être à même de défier ses détracteurs, à condition d'œuvrer pour la division positive jusqu'en 2023. Car, les propos médiatiques tenus par certains de nos dirigeants politiques torturent moralement le peuple congolais. Ainsi, il faut «Savoir se gêner pour ne pas gêner l'autre», et retenir que «le petit palmier même planté pendant la saison sèche, grandit toujours avec des épines». D'où, il «vaut mieux prévenir que guérir». Le deal CACH-FCC est à ce prix.

Professionnel de Médias/RTNC. Administration Centrale

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.