Madagascar: Lutte contre le travail des enfants dans la SAVA - Des résultats concluant pour le comité local de BelaokoLokoho

Des membres du comité local de lutte contre le travail des enfants dans la commune rurale de BelaokoLokoho, district d'Andapa lors d'une réunion organisée hier.

Interdit par la loi, le travail des enfants se fait au vu et su de tous. Le fléau continue de faire des victimes et est perçu comme normal auprès de nombreuses communautés.

La région SAVA a été choisie pour être la région pilote dans la mise en place du comité local de lutte contre le travail des enfants. Une structure qui a pour objectif « de sensibiliser et d'informer les communautés locales sur la lutte » en question. Comme l'a noté Edmond Ramiandrisoa, président du comité local de lutte contre le travail des enfants dans la commune rurale de BelaokoLokoho, district d'Andapa « le comité, par les efforts de sensibilisation, d'information et de plaidoyer qu'il mène, entend réduire de façon considérable le travail des enfants dans notre commune ». Des avancées majeures seraient actuellement observées à BelaokoLokoho si l'on s'en tient aux explications de notre interlocuteur. « Le travail des enfants a beaucoup diminué depuis la mise en place du comité en 2018.

Nous avons sensibilisé les parents sur l'importance de respecter les droits des enfants mais surtout sur l'effet destructeur du travail sur leurs enfants », précise-t-il. Diverses actions auraient donc été menées par les onze membres (issus de différents secteurs) du comité dans les sept fokontany de la commune rurale de BelaokoLokoho. Entre autres, « des séances de sensibilisation au niveau des établissements publics, des descentes portes à portes pour sensibiliser les parents et des séances d'animation durant des évènements publics ». Interrogé sur la perception communautaire du phénomène, Edmond Ramiandrisoa de faire savoir « les parents commencent à être conscients des méfaits du travail des enfants. Des réticents se manifestent toutefois mais cela n'empêche pas le comité d'agir et de mener à bien ses missions et attributions ».

Process. La mise en place du comité local de lutte contre le travail des enfants dans des communes de la région SAVA entre dans le cadre du projet OIT-SAVABE. Partant de la base (les communes), la structure s'est étendue au niveau régional. Ce qui fait de la région SAVA la première à disposer d'un centre régional de lutte contre le travail des enfants (CRLCTE). Interrogé sur les rôles et missions dudit centre, Xavier Rafidiarison, président dudit comité et non moins le chef de service du travail et des lois sociales auprès de la direction régionale de la fonction publique note« le CRLCTE devrait coordonner toutes les actions à mener par les comités locaux. En ce sens, le comité régional devrait agir dans l'objectif d'assoir une synergie des actions de lutte contre le travail des enfants dans la SAVA ».

Une proposition de budget et de plans d'actions a donc été avancée auprès du gouvernement. « Le gouvernement a accepté de financer le comité. Si le budget est validé, il devrait être inscrit dans la prochaine loi des finances. Ce qui devrait nous permettre de mener à bien la lutte », ajoute notre interlocuteur. Il conviendrait de noter que le financement du comité par le gouvernement devrait aboutir sur la pérennisation des efforts menés par les parties prenantes, d'un côté. Mais surtout permettre le renforcement du système de lutte contre le travail des enfants à Madagascar, de l'autre. Divers secteurs sont concernés par le travail des enfants si l'on ne cite que la petite mine, le commerce ou encore l'agriculture. Les problématiques liées à la perception de la chose restent actuellement l'une des plus grands obstacles de la lutte.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.