Congo-Kinshasa: Un journaliste tué après avoir alerté contre le virus Ebola

communiqué de presse

Mahamba a été tué alors qu'il rentrait chez lui après avoir animé une émission de sensibilisation sur le virus Ebola pour une radio locale. L'armée a confirmé par la suite que les tueurs étaient des personnes non identifiées, et qu'ils avaient aussi blessé la femme du journaliste et incendié leur maison.

Selon l'Observatoire africain de la liberté de la presse (OALP), depuis septembre, plusieurs stations de radio du territoire de Mambasa ont décidé de cesser de diffuser des programmes de lutte contre le virus Ebola en raison de l'hostilité d'une grande partie de la population.

Toutes les personnes qui luttent contre Ebola subissent des attaques de la part de la population, particulièrement méfiante à l'égard des agents de santé qui, lors d'enterrements, interdisent la tradition de toucher les défunts afin d'éviter toute transmission du virus.

La RDC connaît actuellement la deuxième pire épidémie d'Ebola jamais enregistrée dans le monde, après celle qui a tué environ 11 000 personnes en Afrique de l'Ouest en 2014.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus en RDC a tué près de 2200 personnes à ce jour. Depuis le début de l'épidémie, un médecin camerounais membre de l'OMS, une infirmière et un policier ont été tués dans des hôpitaux alors qu'ils exerçaient leur métier.

Près de 20 maisons d'agents de santé engagés contre Ebola ont été incendiées par des milices dans la région de Mambasa en septembre.

Kasonga Tshilunde, président de l'Union nationale de la presse congolaise (UNPC) : "L'UNPC condamne de la manière la plus énergique cet assassinat et demande aux autorités de diligenter une enquête urgente pour que les criminels soient identifiés et châtiés avec vigueur."

Anthony Bellanger, secrétaire général de la FIJ, a déclaré : "Tuer des journalistes est toujours un crime insupportable qui met en danger la démocratie d'un pays, mais les tuer parce qu'ils s'efforcent de prévenir un virus aussi dangereux qu'Ebola est encore plus odieux.

Nous demandons que justice soit faite pour ce meurtre et que les auteurs de ce crime ne restent pas impunis."

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: IFJ

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.