Togo: Corruption / Moumouni Guindo - "Le pays est dans la moyenne"

6 Novembre 2019
interview

L'assemblée générale du Réseau des institutions nationales de lutte contre la corruption en Afrique de l'ouest (RINLCAO) se déroule actuellement à Lomé.

Le RINLCAO a été créé par les 15 Etats membres de la Cédéao et réunit leurs organismes étatiques de prévention et de lutte contre la corruption.

Pour Moumouni Guindo, le président par intérim du RINLCAO et à la tête de l'Office central de lutte contre l'enrichissement illicite du Mali, 'Le Togo n'est ni le meilleur élève, ni le plus mauvais'.

Le Togo en fait-il assez pour combattre la corruption ?

Je dirai simplement que le Togo, et l'ensemble des pays de l'Afrique de l'ouest, font de leur mieux, mais doivent certainement en faire davantage.

Pas évident pourtant d'y mettre fin

La situation est grave. La corruption affecte l'équilibre social, paupérise les peuples et pousse certains à la violence.

Notre Réseau a encore du pain sur la planche. Les comportements dopivent changer, les mentalités également.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.