Sud-Soudan: L'Ouganda tente une médiation entre Salva Kiir et Riek Machar

Le président du Sud-Soudan, Salva Kiir, à droite, serre la main du chef de l'opposition, Riek Machar, lors d'une réunion à State House Entebbe, en Ouganda, le 7 novembre 2019.

Il ne reste plus qu'une semaine aux principales forces politiques du Soudan du Sud pour former un gouvernement d'union nationale, comme prévu par l'accord de paix signé en septembre 2018. C'est en effet le 12 novembre que le président Salva Kiir doit accueillir à Juba son ancien adjoint et rival Riek Machar au sein de la direction du pays.

Riek Machar continue de refuser d'intégrer le futur gouvernement, exigeant des mesures de confiance supplémentaires. Une exigence rejetée par Salva Kiir.

C'est pourquoi le président ougandais Yoweri Museveni organise ce jeudi, avec son homologue soudanais, une rencontre à Kampala entre les deux hommes, pour tenter de trouver un terrain d'entente.

Le président Museveni va devoir être pragmatique. Et en compagnie du président du Conseil souverain soudanais, le général Al-Burhane, il va devoir obtenir des réponses de ses invités, Salva Kiir et Riek Machar.

Car d'un côté, avant d'intégrer le gouvernement, Riek Machar dit vouloir des garanties de sécurité pour les chefs de l'opposition, d'abord. Mais aussi des précisions sur le cantonnement des forces armées, ainsi que le retour au découpage territorial d'avant la guerre civile.

De son côté, le président Salva Kiir estime que le temps n'est plus aux reports. Pour lui, l'urgence c'est un gouvernement uni, attelé à régler les questions nationales. Selon lui, la balle est dans le camp de Riek Machar, point final.

Voilà donc les contradictions que devra surmonter la médiation ce jeudi. Cette rencontre n'est pas encore celle de la dernière chance, mais il est vrai que la pression est de plus en plus forte sur les Soudanais du Sud pour qu'une solution soit trouvée avant la date butoir du 12 novembre.

Déjà les diplomates éthiopiens, kényans et soudanais s'étaient réunis à Djibouti la semaine dernière avec l'envoyé spécial de l'IGAD pour évoquer le blocage. Et vendredi, une réunion de l'IGAD doit se tenir à Addis-Abeba pour évaluer la situation à six jours du 12 novembre.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.