Tchad: Vague de colère contre le président du Parlement après la mort d'un jeune

La justice a annoncé mardi 6 novembre les interpellations de quatre membres de la sécurité du président de l'Assemblée nationale. Elles font suite à la mort d'un jeune conducteur de moto-taxi lundi dernier à cause de tirs provenant de l'escorte du président du Parlement.

À l'ouverture des travaux de la session budgétaire ce mercredi, le président du Parlement est revenu sur l'incident expliquant que la balle qui a atteint le jeune Bonheur Matebaye avait été tirée en l'air mais a ricoché sur un poteau électrique avant d'atteindre la victime.

Tout en dénonçant une instrumentalisation de l'affaire, le président de l'Assemblée nationale invite les députés à être prudents en raison des manifestations de colère observées sur les réseaux sociaux.

Cette sortie a embrasé à nouveau la Toile qui se déchaîne depuis lundi contre la deuxième personnalité de la République.

Pour le musicien N2A, à l'origine d'une marche silencieuse partie du lieu de l'incident au domicile du défunt mardi après-midi, c'est l'indifférence des autorités qui énerve : « Si c'était des autorités qui respectaient leur peuple, dès lors que l'accident a eu lieu, ils doivent se manifester, faire des déclarations dans les médias, pour faire comprendre à la population qui c'est vraiment un accident qui est arrivé. Il a fallu qu'il y ait des réactions des jeunes sur la toile pour pousser le président de l'Assemblée à réagir, qui est le premier responsable de cette situation. Moi je pense qu'il y a un mépris. Cette fois-ci, la jeunesse ne se laissera pas faire. »

Le Parlement qui dit être en contact avec la famille du défunt indique que son silence s'explique plutôt par un respect de sa mémoire.

Ce mercredi en journée, le procureur a annoncé avoir fait interpeller quatre membres de la protection du président du Parlement et invite ceux qui ont à se plaindre à privilégier la voie judiciaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.