Angola: Le secteur des Transports veut augmenter sa contribution au PIB

Luanda — Le ministre des Transports, Ricardo D'Abreu, a défendu mardi à Luanda, la nécessité d'accroître la contribution de son secteur à la structure du PIB angolais, actuellement fixée à 3%.

Selon le ministre, qui parlait à lors de l'émission "Grande interview" de la Télévision Publique d'Angola (TPA), il s'agit d'une contribution très faible, étant donné que dans d'autres économies, ce secteur contribue avec plus de 15% de la richesse produite.

Pour accroître la production du secteur à la composition du PIB, il a ajouté que le ministère cherchait à améliorer les modèles de gouvernance d'entreprises et à augmenter aussi la participation des investisseurs privés.

Concernant la problématique de la mobilité et des transports en commun urbains, en particulier dans la capitale du pays, le ministre a déclaré que la résolution ne revenait pas seulement au ministère des Transports, mais qu'elle était plutôt multidimensionnelle dans la mesure où, elle implique le gouvernement provincial, la police, le ministère des travaux publics, entre autres.

D'après Ricardo D'Abreu, dans le contexte actuel de la ville de Luanda, qui compte plus de huit millions d'habitants et, où plus de 60 % de la population se déplace de la périphérie vers le centre ville, les quatre opérateurs de transports en commun ne répondent pas à la demande.

Pour surmonter ce problème, a-t-il ajouté, l'une des solutions serait la décentralisation des plans de la mobilité urbaine, dans le cadre du transfert de pouvoirs et des compétences aux gouverneurs des provinces, dans le cadre des municipalités, dont les élections son prévues pour 2020.

D'autre part, il a également abordé le processus de restructuration de TAAG, la compagnie aérienne angolaise qui, au cours de l'année 2018, avait enregistré des pertes de 100 milliards de kwanzas, résultant des provisions et des coûts des opérations des exercices passés.

Dans le sous-secteur de transports maritimes, le ministre a expliqué que l'une des raisons qui ont conduit à l'arrêt du Catamaran dans la ville de Luanda était due aux coûts d'exploitation élevés des bateaux.

Il a dit qu'il y avait aussi une sous-utilisassions des Catamarans, en raison de l'amélioration du trafic routier dans la ville de Luanda.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.