Centrafrique: Avec les déplacés de Birao

Des combats ont éclaté en septembre causant d'importants dégâts aux habitations et au marché. Depuis, la situation s'est calmée, mais de nombreux quartiers restent vides. Les populations se sont regroupées dans deux sites qui comptent environ 12 000 déplacés.

Birao est située dans l'extrême nord-est du pays, enclavée entre le Tchad et le Soudan, à 1200 kilomètres de la capitale. Nous y rencontrons Fatima qui vit dans une tente collée à celle du voisin. Elle fait la cuisine pour toute la famille dans le site de déplacés de la Minusca. « Je ne peux pas rentrer. On a incendié ma maison tout le monde est parti. Je ne peux pas rentre comme ça », dit-elle.

Un peu plus loin Roseline s'occupe de sa fille de moins de 2 ans. Elle voudrait rentrer chez elle, mais pour elle non plus, ce n'est pas si simple : « Pour le moment il n'y a personne dans les quartiers, on est tous là. » Son mari ? « Il est parti à Bangui, il a eu peur et il nous a laissés ici. »

La semaine dernière, un mouvement de retour spontané des déplacés a débuté. Mais très vite les gens sont revenus dans le site. « Oui, au quotidien ça ne va pas parce qu'avant le site était vide, il y en a qui étaient rentrés. Il y a des rumeurs qui disent qu'on va attaquer Birao alors la population est revenue encore dans le site. C'est pour ca qu'ils encombrent encore la place. Le site est trop serré, plus de 12 000 habitants avec des petits enfants... », détaille Abdalla Kamkoussa est un leader des déplacés.

La vie dans les camps reste compliquée. L'acheminement de l'aide humanitaire est difficile. Elle ne peut se faire qu'en avion-cargo depuis Bangui, les axes routiers étant impraticables.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.