Congo-Kinshasa: Martin Fayulu rouvre la brèche d'un dialogue et d'une transition de 18 mois

Comme Pierre reniant Jésus-Christ, Martin Fayulu Madidi ne cesse de nier et renier sa défaite à la présidentielle de décembre 2018. Et, par-dessus tout, il crie à qui veut l'entendre qu'il est le président élu et légitime de la RD. Congo, tout en soulignant, par ricochet, que Félix Tshisekedi serait nommé par Joseph Kabila qu'il considère d'ailleurs d'artisan du hold-up électoral.

Dans sa nouvelle proposition modifiée et rendue public le 4 novembre dernier, l'homme de la vérité des urnes appelle l'Union africaine et ainsi que la communauté internationale, quoique charmées par Tshisekedi Tshilombo, à concourir à la tenue de nouvelles discussions entre les parties prenantes, spécialement Lamuka, FCC et CACH.

Lesquelles discussions devront, selon lui, favoriser la création d'un Haut conseil national des réformes institutionnelles (HCNRI) qui sera dirigée par Lamuka, alors que le tandem FCC-CACH se concentrera sur l'exécutif.

Et ce, pendant une période transitoire de 18 mois qui se s'achèvera par la tenue effective de nouvelles élections, à tous les niveaux. Ci-contre, l'intégralité de cette proposition signée Fayulu Madidi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.