Congo-Brazzaville: Mendicité - La présidente de l'association Sodios s'insurge contre l'utilisation des enfants par les parents

Depuis un certain temps, un phénomène se développe à Pointe-Noire, celui des enfants envoyés dans la rue par leurs géniteurs pour quémander de l'argent devant certains commerces et lieux publics. Face à cette situation, Bernadette Bephangayahou, en partenariat avec l'unité d'ilotage de la police et les autorités municipales, a décidé d'y mettre fin car elle commence à faire tâche d'huile dans la ville.

Devant les supermarchés, marchés, restaurants, pharmacies, bistrots, églises, des enfants envoyés par leurs parents quémandent de l'argent aux passants et clients sortant ou entrant dans ces lieux. C'est devenu le quotidien de ces enfants dits « porte-monnaie » qui pourtant devraient être à l'école à ces heures-là. Ces derniers travaillent pour leurs mamans qui encaissent le butin journalier. Des actes et comportements réprimandés par la loi n°4-2010 du 14 juin 2010 portant protection de l'enfant en République du Congo, la convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant sans oublier les nombreux autres textes internationaux protégeant les enfants ratifiés par le pays.

Face à cette triste situation, la présidente de l'association Solidarité, disponibilité des œuvres sociales aide et entraide (Sodios) n'a pas caché son indignation. « Ce n'est pas normal que les enfants mineurs, âgés souvent de moins de 10 ans, soient dans la rue en train de demander de l'argent alors que leurs semblables du même âge sont à l'école. Ce phénomène qui a été observé devant la mairie centrale puis en face de l'ex-magasin Score ne fait que s'amplifier et ne laisse pas indifférent les citoyens. Tous, nous devons le dénoncer car il n'honore pas notre pays», s'est engagée Bernadette Bephangayahou.

Un vendeur au marché du Plateau, au centre-ville, témoigne: « Un jour, un enfant est venu me voir, en me disant qu'il avait faim. J'ai voulu lui donner du pain, mais m'a répondu qu'il n'avait besoin que d'argent. J'ai aussitôt compris qu'il était envoyé par ses parents ».

Ainsi, pour mettre fin à ce phénomène, l'unité d'ilotage de la police est en train d'interpeller ces mamans irresponsables. Les mineurs récupérés sont placés dans des endroits sûrs garantissant leur sécurité comme les orphelinats, tout comme les bébés et nourrissons que la plupart de ces femmes portent pour susciter la compassion.

Signalons que depuis près de quinze ans, l'association Sodios mène de nombreuses actions de charité et de bienfaisance, de philanthropie en faveur de l'enfance en danger, les orphelins, les veuves, les jeunes filles mères défavorisées

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.