Gabon: "Je n'ai jamais engagé une procédure contre mon chauffeur" dixit Dieu Merci Ayounet Mouidi

7 Novembre 2019
interview

Dans une lettre publiée sur la toile avec pour objet "lettre de licenciement". Le mis en difficulté : Mick Lebama, agent de liaison à la préfecture du département de la Lombo-Bouenguidi (Ogooué-Lolo). Dieu Merci Ayounet Mouidi , Préfet dudit département depuis 4 ans, s'est vu doublé par des inconnus ayant imité sa signature tout en utilisant le cachet administratif. Le préfet du département de la Lombo-Bouenguidi est engagé le 28 mai 1997 au ministère de l'intérieur. Il a occupé plusieurs fonctions dans l'administration du territoire. A travers ces quelques lignes , Dieu Merci Ayounet Mouidi dénonce la cabale menée contre lui.

(Gabonews) : Monsieur le Préfet du département de la Lombo-Bouenguidi, le 27 octobre 2019, une lettre qui serait signée de vous et adressée à votre chauffeur(Mick Lebama) en poste à la préfecture de Pana annonçant son retrait de vos effectifs circule sur les réseaux sociaux. Qui l'a signée, Monsieur le Préfet ?

Vous savez que nous sommes dans un milieu où réellement quand on veut noyer quelqu'un, on procède de cette manière. Mais, moi, réellement, je ne me reconnais pas dans cette situation. Moi, ce que je sais, c'est que ce jeune homme est mon chauffeur. C'est moi qui l'avais embauché compte-tenu de son comportement déjà. Je n'ai jamais envoyé une procédure. Je n'ai jamais envoyé un document quelque part. Mais qu'à cela tienne, le climat est au beau fixe. Les gens ont imité ma signature.Ils ont pris mon cachet. Je suis dubitatif par rapport à cette situation même mon chef hiérarchique Madame le Gouverneur. Je n'ai pas envoyé ce genre de document.

L'imitation de signature est condamnée par la loi. Avez-vous saisi la brigade de Pana ?

Évidemment, j'ai contacté les éléments de la gendarmerie pour diligenter une enquête afin de tirer au clair cette situation. Ils sont sur le terrain. Je n'ai jamais enlevé le chauffeur de son travail. Je n'ai jamais engagé une procédure contre mon chauffeur. Je le blâme quelques fois comme un père et son fils. Par ailleurs, autour de moi, la raison de cette cabale, je ne cerne pas. Je suis dans un milieu où je fais mon travail comme me le recommande l'administration. Je ne veux pas que le travail soit mal fait. Ce qui m'est arrivé, relève sans plus de la jalousie.

La commune de Pana n'est pas très étendue, les populations se connaissent, l'information circule à la vitesse d'une drainée de poudre. Le climat en ce moment ?

Le calme règne depuis. Je n'ai pas de problèmes avec les gens. Je continue à faire mon travail comme il se doit. J'ai rédigé ma lettre d'explication à Madame le Gouverneur. Les services administratifs sont ouverts, les usagers viennent. Je continue de signer les actes administratifs. Je fais mon rapport hebdomadaire que je dois expédier au Gouverneur de l'Ogooué-Lolo. Tout le monde vaque à ses occupations. Les uns et les autres condamnent mon chauffeur, j'ai dit "laissez tomber". Il n'y a pas de problème. Je n'ai tué personne. C'est de la jalousie en un mot.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.