Burkina Faso: Attaque du convoi de la mine de Semafo - «Nous sommes tous des soldats et nous ne devrions pas rester inactifs face à la menace terroriste» (MPP)

7 Novembre 2019
document

Le Burkina Faso a, une nouvelle fois, été endeuillé par les faits macabres de cette guerre asymétrique qu'est le terrorisme hier à l'Est du pays. En effet un convoi de cinq autobus affrétés par la société minière SEMAFO, composé de travailleurs et de fournisseurs de la société, est tombé dans un traquenard sur l'axe Ougarou-Boungou (dans la Tapoa), le mercredi 06 novembre 2019.

En attendant un bilan officiel exhaustif des autorités nationales, il apparait, selon plusieurs sources, que le décompte provisoire de l'embuscade est effroyable. De nombreuses victimes et des blessés ; des passagers du convoi de la SEMAFO portés disparus auraient été enregistrés après l'assaut des terroristes.

Le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) condamne avec énergie, la barbarie avec laquelle les terroristes ont littéralement massacré de paisibles citoyens sans défense.

Le MPP salue la prompte réaction des FDS, qui, malgré le piège, ont su riposter vaillamment contre les assaillants dont l'objectif était de provoquer un massacre à grande échelle et semer la psychose. Notre parti s'incline sur la mémoire des suppliciés de Boungou et souhaite prompt rétablissement aux blessés. Il invite le gouvernement à diligenter dans les meilleurs délais une commission de recherche des personnes disparues lors de cette embuscade meurtrière.

Attaquer lâchement les populations civiles ; harceler constamment les positions des FDS, c'est le mode opératoire usuel des terroristes qui, manifestement bénéficient de soutien et de renseignements de renégats burkinabè dans l'exécution de leurs forfaits. A travers cette déclaration, le MPP déplore que des Burkinabè mus par l'appât du gain facile servent de supplétifs et d'avant-gardes aux terroristes et leurs commanditaires contre leurs propres frères burkinabè. C'est tout simplement participer à un fratricide.

Face à la montée du péril terroriste, le MPP invite instamment le gouvernement à échanger avec les forces vives de la Nation et décréter l'état d'urgence pour un sursaut patriotique avec le concours des populations et des milices d'auto-défense et de sécurité. L'heure est grave et doit être consacrée à la mobilisation des forces vives pour enrayer coûte que coûte le terrorisme et préserver notre cohésion et notre vivre-ensemble. Les Burkinabè ne doivent pas rester les bras croisés et laisser ce devoir noble et patriotique de défense du territoire aux seules mains des FDS. Nous sommes tous des soldats et nous ne devrions pas rester inactifs face à la menace terroriste. Le Burkina Faso est un Etat laïc et entend le rester en veillant sur le respect des différentes obédiences de la société burkinabè.

Le MPP appelle la classe politique burkinabè et la société civile à l'unité d'actions pour sauver notre pays et sa démocratie. Nous sommes en guerre contre les terroristes et toutes nos forces et nos ressources doivent être mutualisées à cet effet.

Certes notre pays paie un lourd tribut (civil et militaire) de cette guerre de déstabilisation de ses institutions républicaines ; cependant, nous devons faire front et rester debout. Car le terrorisme n'est pas invincible.

Ensemble et unis, nous constituons une force solide et une caution solidaire qui peuvent faire reculer la menace terroriste dans notre pays.

DEMOCRATIE - EGALITE - JUSTICE

Le porte-parole du parti

Ouoba Bindi

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.