Cote d'Ivoire: 30-31 octobre 2014 - 5ème anniversaire de l'Insurrection

Aujourd'hui, le principal sujet de conversation au Burkina Faso, c'est bien le 5ème anniversaire de l'insurrection populaire qui a chassé Blaise Compaoré du pouvoir à Ouaga.

Dans les rédactions occidentales et africaines, on disserte sur les conséquences et avantages de l'insurrection du mois d'octobre 2014.

À Paris, Washington, Abidjan, au Maroc, chaque rédaction y va de son explication sur le bilan de l'insurrection : De vives polémiques sont relayées autour de cet évènement qui a secoué le Burkina Faso.

Mais l'intérêt que suscite le 5ème anniversaire de l'insurrection au Burkina Faso n'est pas sans raison.

Aujourd'hui, les Burkinabè subissent un autre phénomène avec pressions : le terrorisme et le djihadisme.

Une sale guerre à laquelle Roch Marc Christian Kaboré ne s' attendait pas .

Un phénomène qui se fait cruellement sentir chez tous les Burkinabè. Des écoles fermées, des régions administratives, politiques, économiques abandonnées.

Faut-il accuser le président Burkinabè ? Évidemment pas.

Roch Marc Christian Kaboré est confronté au terrorisme. Que faut-il gérer ? Faire la promotion du développement du Burkina ou faire la guerre totale aux terroristes ?

C'est dommage que les armées du G5 Sahel renforcées par les militaires des Nations-Unies, ne fassent pas le poids dans cette crise du Sahel.

Dramatique comportement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) et de son armée d'interposition qui brillent par son "silence" radio contre les terroristes au Burkina Faso.

Dommage encore qu'on fasse appel à l'armée française dont l'expérience avec l'opération Barkhane, reste sans succès au Mali. Que la France se renforce avec toutes les armées européennes au Burkina Faso, la problématique reste posée.

Conclusion : Roch Marc Christian Kaboré ne peut faire un bilan de sa propre gestion et de l'insurrection qui a chassé le 31 octobre 2014, le président Blaise Compaoré.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.