Angola: Sept entreprises autorisées à privatiser des fermes

Luanda — Sept entreprises nationales et internationales sont éligibles pour participer à l'appel d'offres public concernant la privatisation des exploitations agricoles de Longa (Cuando Cubango), Cuimba (Zaire), Camaiangala (Moxico) et Sanza Pombo (Uige).

Après cette phase de qualification faite par l'Institut de gestion des actions d'État (IGAPE), les entreprises concurrentes doivent présenter leurs offres financières dans un délai de 30 jours, conformément aux règles du concours.

Selon un document de l'IGAPE auquel l'Angop a eu accès, une proposition a été faite à l'exploitation agricole de Longa, trois autres à l'exploitation de Camaiangala, cinq à l'agro-industriel de Cuimba, et trois à l'exploitation de Sanza Pombo.

La phase de présentation des propositions d'achat se poursuivra jusqu'à la fin du mois de novembre, et les documents doivent être remis au siège de l'IGAPE.

Les quatre exploitations agricoles de Camaiangala, Longa, Sanza Pombo et Cuimba en cours de privatisation, d'une superficie de 45 000 hectares, sont évaluées à 110 millions de dollars US.

Selon des données préliminaires sur l'évaluation de ces actifs de l'État, la ferme agro-industrielle de Camaiangala est évaluée à 24 millions de dollars.

Située dans la province de Moxico, l'exploitation agricole de Camaiangala est la plus grande unité de production projetée pour cette région. Son projet a été lancé dans le cadre du programme gouvernemental d'atténuation de la faim et de réduction de la pauvreté approuvé en 2010.

L'installation a été attribuée à l'entreprise chinoise CEIEC - China National Electronics Import et Export, en 2011.

Quant à la ferme de Cuimba, située dans la province du Zaire, elle occupe une superficie de 9 784 hectares, dont 2 140 hectares environ ont été défrichés pour la production agricole.

La ferme Sanza Pombo, située dans la province d'Uíge, est évaluée à 22 millions de dollars et occupe une superficie brute de 9 433 hectares, dont environ 25% ont été déboisés, défrichés et classés pour la production agricole.

L'objectif initial était d'attribuer environ 500 hectares à l'irrigation par inondation pour la production de riz, mais les ressources en eau disponibles n'étaient pas suffisantes pour la production de riz.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.