Burundi: Le CNL de l'opposition dénonce la fermeture de l'espace politique

Le principal parti d'opposition interne au Burundi, dirigé par Agathon Rwasa, évoque la multiplication des violences politiques à l'encontre de ses militants, à six mois des élections générales de 2020, dont une présidentielle, à laquelle le président Pierre Nkurunziza a promis de ne pas se représenter.

Les responsables des actes ignobles commis sont généralement des responsables politiques.

Simon Bizimungu, secrétaire général du Conseil national pour la liberté

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.