Angola: Le PR félicite tous ceux qui luttent contre la corruption

Luanda — Le Président de la République, João Lourenço, a reconnu jeudi à Luanda le mérite de ceux qui se sont consacrés à la dénonciation des cas présumés de corruption.

À la fin de la cérémonie de distinction du journaliste-chercheur et défenseur des droits humains Rafael Marques, et d'autres personnalités, le chef de l'Etat angolais a admis que cette reconnaissance pouvait susciter «des réactions disparates, à en juger par les stéréotypes créés au fil du temps, quand la corruption était considérée comme normale».

Le Président João Lourenço a décerné à plusieurs personnalités nationales et étrangères, parmi lesquelles des membres de la société civile, des athlètes, des ex-combattants et des membres du gouvernement, les ordres «Indépendance du premier degré», du «Mérite civil du premier degré» et la «Médaille de Bravoure et du Mérite civil de première classe».

Le Chef de l'État, qui a présidé la cérémonie de décoration à l'occasion des célébrations du 44e anniversaire de l'indépendance nationale, a justifié la reconnaissance de la contribution des récipiendaires à la cause de la construction de l'Angola.

Augusto Lote (à titre posthume) et Noé da Silva Saúde ont été les deux seuls nationalistes et anciens prisonniers politiques à se voir attribuer «l'Ordre de l'indépendance du premier degré».

Le Président Lourenço a décerné "l'Ordre de Mérite civil du premier degré" à Adjany da Silva, biologiste et lauréat du National Geographic, à Alcides Venivala Francisco, entrepreneur ayant généré plus de mille emplois, et Paula de Oliveira, responsable du projet de prévention morsure de serpent.

Les hommes d'affaires Carlos Cunha, João Macedo et Rui Manuel dos Santos, ainsi que l'écrivaine et universitaire Irene Guerra Marques et la chanteuse Maria de Lourdes Van Dúnem (à titre posthume) font partie des personnalités honorées de cet ordre.

L'homme d'État a décerné la «Médaille de la bravoure et du mérite civil» à la chanteuse Maria Clara Monteiro, à l'artisan Sebastião Simba Miguel, au médecin italien Paolo Parimbelli, aux hommes d'affaires Cláudio Buta et Cristóvão Warscheke, à Domingos Vunge, à Erickson Mvezi, à Deolinda Bibiana, à Domingas Cassanga, à Verónica Segunda et à Hermenegilda Chipuca.

"L'Ordre du mérite civil" a été attribué aux membres des équipes nationales senior de handball (féminin et masculin), pour les médailles d'or remportées aux Championnats d'Afrique de Rabat (Maroc), aux membres de la sélection angolaise de pêche sportive, pour la médaille de bronze remporté au Championnat du monde de Durban, Afrique du Sud.

Avec le même ordre, le président João Lourenço a également rendu hommage aux membres de l'équipe nationale junior de voile Optimist pour la médaille d'or arrachée au championnat africain des Seychelles et à la championne africaine junior d'échecs, l'Angolaise Luzia Pires.

À l'Universitaire et homme politique Nfulupinga Landu Victor, ancien dirigeant du parti PDP-ANA, décédé le 2 juillet 2004, a été décerné l'Ordre du Mérite civil.

Réactions des distingués

À l'occasion, Rafael Marques a déclaré qu'il était encouragé, en tant que citoyen qui se bat pour un pays meilleur, et qu'il était «réconfortant de passer de vendeur de patrie à patriote», avec la reconnaissance du Président de la République.

Il a parlé de la nécessité de poursuivre le processus de moralisation des fonctionnaires et dirigeants afin qu'ils accomplissent leur travail en répondant aux besoins de la population pour qu'elle ait une vie meilleure.

À son tour, le journaliste et écrivain Sousa Jamba a dit qu'il ne croyait pas ce qu'il venait de vivre, et a souligné que la reconnaissance faisant preuve d'un esprit d'inclusion, stimulait le débat et contribuait au développement de la nation.

Le musicien Eduardo Paím se dit encouragé à produire davantage des tubes musicaux et a annoncé la sortie d'un nouvel album l'année prochaine.

Lors de la cérémonie, le Président de la République a salué le rôle de ceux qui "ont eu très tôt le courage de lutter contre la corruption croissante, qui s'est enracinée dans la société angolaise car la superstructure donnait le mauvais exemple et, donc, n'avait le moral de combattre le monstre qu'elle-même avait créé et duquel se nourrissait."

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.