Cameroun: Barrage de Bini Warack - Les travaux reprennent

Les études relatives à la réinstallation des populations de la zone du projet sont quasiment achevées.

En ce début du mois de novembre, sous un soleil accablant, quelques ouvriers dans leurs combinaisons de travail estampillées du logo « Synohydro », du nom de l'entreprise en charge des travaux, s'activent sur le site de la carrière, pour exploiter les roches qui vont servir à bétonner le barrage en voie de construction.

Du camion-benne au bulldozer, des engins sur roue ou à chenille, tout est mis à contribution. Tout ceci se déroule sous le regard attentif et bienveillant de Dong Mangiang, chinois et responsable des travaux. Alors que certains travaillent à la carrière, d'autres sont à l'œuvre au département technique et aux services d'entretien du site.

A l'observation, le travail qui y est effectué, laisse croire que les activités tournent à plein régime sur le site du projet d'aménagement hydroélectrique de Bini à Warack. Le gravier et le sable extraits sur place sont stockés à l'atelier de la centrale à béton.

A quelques 500 mètres de l'atelier se trouve le parking construit uniquement pour le projet, sur une superficie de près de 500 m². Sur le site, une cinquantaine de camions-bennes sont stationnés et n'attendent que le lancement des travaux. Cependant, la maintenance y est effectuée au quotidien.

Avec la signature effective du contrat des travaux intervenue au début du mois de septembre dernier et la levée des contraintes internes de la banque chinoise qui accompagne financièrement le projet, la reprise des travaux sur le site est envisagée dans les prochaines semaines.

A ce jour, les études relatives à la réinstallation des populations affectée par le projet sont quasiment achevées. Les premières mesures de gestion environnementale et sociale seront implémentées après la fin des études.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.