Cameroun: Parlement - Décisive session de novembre

Les travaux qui s'ouvrent mardi prochain sont les premiers après le Grand dialogue national du mois dernier et interviennent dans un contexte de fin de mandature à l'Assemblée nationale.

C'est mardi prochain que s'ouvrent à l'Assemblée nationale et au Sénat, les travaux de la 3e session ordinaire de l'année législative 2019.

Habituellement consacrés à l'examen et au vote du budget de l'Etat pour l'exercice à venir, et à d'autres textes législatifs, l'on ne saurait ne pas remarquer que cette va s'ouvrir dans un contexte peu habituel.

En effet, du côté de l'Assemblée nationale particulièrement, l'on scrute la fin de la législature actuelle, la 9e du rang, qui a bénéficié d'une prorogation de mandat d'une année supplémentaire de la part du président de la République, conformément aux prérogatives que lui reconnaît la Constitution.

Ainsi donc, les travaux qui vont s'ouvrir dans quelques jours pourraient être les derniers pour les élus de cette législature.

Toutefois, il convient de relever que la loi fondamentale camerounaise, en son article 15, alinéa 4 accorde une fois encore des prérogatives au chef de l'Etat pour une nouvelle prorogation du mandat des députés.

Cet article stipule en effet que : « En cas de crise grave ou lorsque les circonstances l'exigent, le président de la République peut, après consultation du président du Conseil constitutionnel et des bureaux de l'Assemblée nationale et du Sénat, demander à l'Assemblée nationale de décider, par une loi, de proroger ou d'abréger son mandat ».

S'agissant spécifiquement du budget de l'Etat, l'on scrutera particulièrement le volet réservé à la décentralisation, l'un des secteurs qui a particulièrement retenu l'attention du président de la République ces dernières années.

Difficile également de ne pas remarquer que la session parlementaire qui commence le 12 novembre prochain est la première à se tenir après l'organisation du Grand dialogue national du 30 septembre au 4 octobre 2019, à l'initiative du président de la République.

Cette rencontre, selon le vœu exprimé par le président Paul Biya devait examiner les voies et moyens pour répondre aux préoccupations des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également de toutes les autres composantes de la nation camerounaise.

Une concertation qui a abouti à de nombreuses résolutions que le chef de l'Etat s'est engagé à examiner celles-ci attentivement et de façon diligente dans la perspective de leur mise en œuvre, « en tenant compte de leur opportunité et de leur faisabilité ».

Au rang des résolutions arrêtées par la rencontre de Yaoundé, celle accordant un statut particulier aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

En clair, il convient de relever que c'est avec une attention particulière que cette session parlementaire va être scrutée par tous les observateurs de la scène politique, et même par tous les Camerounais.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.