Sénégal: Gamou annuel à Medina Baye - Plusieurs milliers de fidèles déjà présents, l'affluence grandit

8 Novembre 2019

A 48h de la célébration du Gamou (Maoulid), la nuit marquant la naissance du Prophète Mohamed (Psl), la cité religieuse de Médina Baye ne désemplit pas.

Les nombreux fidèles venus des quatre (4) coins du pays, de la Mauritanie, du Ghana, du Nigéria, du Niger, du Cameroun, du Maghreb et d'autres pays du monde entier convergent de plus en plus vers ce quartier religieux où ils se donnent rendez-vous chaque année à pareille circonstance.

Le Gamou 2019, c'est dans 48h, ce samedi 9 novembre. Déjà depuis maintenant une semaine, la cité religieuse de Médina Baye commence à refuser du monde, l'on assiste à la même scène dans le temple de prières, recueillement et bénédiction.

Certains ont voyagé par avion, mais la plupart d'entre eux ont pris la route, d'où la présence massive de nombreux véhicules d'immatriculation étrangère.

Les centres d'accueil établis à la périphérie de Médina Baye, au centre-ville et sur d'autres sites non loin de la commune, ont déjà fait le plein. Et il est difficile, aujourd'hui, de trouver un local où loger pendant ces deux ou trois prochains jours.

Dans les familles où il n'y a plus de place pour vaquer à ses occupations habituelles, les étrangers arrivent par dizaine (s).

Certains par famille, d'autres par bande d'amis et les résidents sont alors dans l'obligation de partager voire même céder leurs lits et leurs chambres à ces personnes venues célébrer cette grande nuit du Prophète (Psl).

Ainsi dans cet environnement, la promenade, d'un lieu vers un autre devient tout un calvaire. Surtout au niveau des artères ceinturant la grande mosquée et le périmètre encerclant le mausolée du vénéré Cheikh Al Islam El Hadji Ibrahima Niasse, ses fils et autres «Moukhadams» dont le défunt imam de la grande mosquée Cheikh Hassane Cissé et son humble père Seydi Ailoune Cissé.

Devant la porte du mausolée, une longue file en attente est déjà constituée et chacun des fidèles veut prier et se recueillir avant même la tenue du Gamou.

Car, sentant que l'accès au local deviendra de plus en plus difficile durant ces deux prochaines journées, la plupart d'entre eux a alors pris l'initiative de s'acquitter de ce devoir dès son arrivée dans la cité religieuse et se concentrer plus tard aux autres manifestations uniques au Gamou.

ASPECTS ECONOMIQUES DU GAMOU : Les commerçants inondent Médina Baye et autres sites abritant le Maouloud

Au-delà des manifestations religieuses, culturelles et scientifiques qui marquent les grands moments de cet important évènement religieux, le Gamou annuel est aussi un moment privilégié pour les nombreux commerçants et spéculateurs de se faire des économies.

A Médina Baye et partout sur les autres sites devant abriter le Maouloud, ces vendeurs de d'exemplaires du Coran, de Hadith et de poèmes des érudits et d'objets et marchandises divers ont commencé à investir les lieux, ces derniers jours.

Au niveau des alentours et des grandes artères bordant les sites, ils sont plusieurs centaines voire des milliers de commerçants à s'installer.

Certains préfèrent vendre à l'étalage, d'autres, plus nantis, ont réussi à confectionner un petit hangar ou cantine de fortune pour spéculer tout objet pouvant intéresser le passant.

Toutefois les clients les plus recherchés sont les étrangers, pour qui le Gamou est aussi une opportunité d'acheter des produits qu'ils n'ont pas chez eux et pouvoir les écouler une fois de retour.

Ainsi, sur le terrain, la majeure partie des commerçants rencontrés se disent optimistes quant aux recettes qu'ils auront à collecter.

Déjà, avant même l'arrivée de tous les pèlerins à destination, les recettes accumulées, nous disent-ils, grimpent des fois entre 20, 25 et 30.000 F Cfa, après chaque jour d'activité.

Certes des gains minimes, mais qui pourraient accroître à l'avenir, si l'on sait que beaucoup d'entre eux restent dans leurs cachettes plusieurs semaines après le Gamou.

DISPOSITIONS MEDICALES PRISES POUR LA COUVERTURE DU GAMOU : Près de 300 agents seront déployés sur le terrain

Pour les besoins d'une bonne couverture sanitaire du Gamou, les services de la région médicale de Kaolack s'engagent à déployer un effectif de 262 agents sur le terrain. Le médecin-chef régional, Dr Aïssatou Barry Diouf, a fait cette annonce, hier jeudi, lors d'une rencontre avec la presse.

Selon les dispositions prises à cet égard, ces agents seront déployés autour de 16 postes avancés qui sont déjà aménagés et disposeront d'une logistique de 16 ambulances.

Ceci en dehors des opérations de renforcement des postes existant en personnel, plateau technique et surtout en médicaments.

Compte tenu des prévisions faites sur l'éventualité de la demande qui pourrait être forte le jour du Gamou, la région médicale de Kaolack a aussi sollicité les services de deux cliniques qui vont lui assurer la suppléance.

SYMPOSIUM SUR LA VIE ET L'ŒUVRE DU CHEIKH AL ISLAM EL HADJI IBRAHIMA NIASSE : 18 savants et intellectuels arabes pour expliquer Baye Niasse

En prélude de la cérémonie officielle qui sera présidée, samedi prochain, par le ministre de l'Intérieur Aly Ngouille Ndiaye et de la traditionnelle rencontre avec les différents corps diplomatiques résidant au Sénégal, l'édition 2019 du Gamou annuel de Médina Baye a vu cette année l'organisation d'un symposium initié sur la vie et l'œuvre du père fondateur de Médina Baye.

Au total, 18 savants et intellectuels du monde arabe ont commenté ce sujet et échangé sur tout ce qu'ils ont connu sur l'homme, sa dimension intellectuelle, ses relations dans le monde, mais surtout l'amour qu'il a toujours eu à l'endroit du Prophète Mohamed (Psl).

Cette rencontre qui a mobilisé plusieurs centaines de participants venus du Sénégal et divers autres pays du monde a surtout poussé ses organisateurs à des réflexions beaucoup plus approfondies sur les origines du Cheikh, jusqu'aux portes de Mame Aladji Abdoulaye Niasse, son père et dernier ancêtre connu des Niassènes au courant du 20e siècle.

Aussi de rappeler le rôle fondamental joué, la détermination et l'abnégation aux quelles le guide de Médina Baye a fait usage pour bâtir un Islam moderne dans le monde et disséminer une «Tarikha», celle des «Tidianes», chez la plupart des peuples universels.

Pour autant, ce symposium a constitué une opportunité pour les débatteurs de mesurer la dimension intellectuelle et la culture qui ont particularisé cet homme de Dieu, pendant une partie du 19e siècle et tout le long de sa vie durant.

C'était aussi l'occasion pour les nombreux disciples de réitérer leur volonté de pérenniser l'œuvre de leur guide en mettant plus l'accent sur ses relations avec les guides religieux musulmans du Sénégal et d'ailleurs.

Un projet qui passera d'abord par le Sénégal où ils entendent raffermir davantage les relations entre les différentes confréries qui fondent la communauté musulmane.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.