Burkina Faso: Le Syntsha suspend son mouvement d'humeur

8 Novembre 2019

« Au regard de la reprise des négociations, des engagements pris avant et après cette reprise et en guise de bonne foi, le Bureau national invite les militants à suspendre les actions de lutte en cours à partir du 8 novembre 2019 à 00 heure sur toute l'étendue du territoire » peut-on lire dans le communiqué du Syntsha, le principal syndicat de la santé.

Cette suspension est à mettre à l'actif des médiations effectuées d'une part entre le Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes de l'Espace CEDEAO - Antenne du Burkina Faso (REPSFECO_BF) et les syndicats de la santé et d'autre part entre le REPSFECO_BF et le gouvernement.

Ces médiations « ont abouti à la reprise des négociations entre le gouvernement et le Syntsha sur le protocole d'accord du 13 mars 2017 et l'engagement du gouvernement à apporter des solutions aux préoccupations des travailleurs de la santé humaine et animale ».

Outre le Syntsha, les cinq autres syndicats de la santé ont annoncé la suspension de leur mouvement d'humeur selon le site d'information en ligne Burkina 24. Suite à ces suspensions, il y aura la reprise des recouvrements des soins, la reprise de transmission des données statistiques, la reprise des missions, la reprise des tâches déléguées au niveau des Attachés de Santé.

Le secteur sanitaire du Burkina Faso était en crise depuis plus de six mois à cause du mouvement d'humeur des syndicats de la santé qui réclamaient, entre autres, la satisfaction de leur plateforme revendicative, la mise en œuvre effective de la fonction publique hospitalière, le respect des engagements pris par le gouvernement et l'équipement adéquat des centres de santé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.