Afrique de l'Ouest: Menace de sanctions

8 Novembre 2019

Un sommet extraordinaire de la Cédéao sur la crise politique en Guinée Bissau s'est achevé vendredi à Niamey (Niger).

Etaient présents les présidents du Togo, du Sénégal, du Benin, du Ghana et de Côte d'ivoire.

La délégation togolaise comprenait le chef de la diplomatie, Robert Dussey, et le ministre de la Sécurité, Damehame Yark

La Guinée Bissau n'en finit pas avec ses convulsions politiques.

La Cédéao à l'issue des travaux a réitéré son soutien au gouvernement d'Aristides Gomes et brandi la menace de sanctions. Le même jour, le Premier ministre Faustino Imbali, fraîchement nommé, a annoncé sa démission.

De possibles sanctions ont également été annoncées. La Cédéao demandé au président de la commission de proposer une liste de personnes ayant posé des actes visant à faire échouer le processus électoral et la normalisation politique afin qu'elles soient sanctionnées immédiatement, indique l'organisation. Face au climat de tension, elle a a en outre décidé de renforcer le mandat et les effectifs de l'Ecomib, sa force déployée en Guinée-Bissau depuis 2012.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.