Maroc: Le FMI table sur une croissance nationale de 2,8% en 2019

Les fondamentaux économiques du Maroc sont solides, selon l'institution financière

La croissance économique du Maroc devrait atteindre 2,8% en 2019 du fait d'une contraction de la production agricole et d'une reprise modérée de l'activité hors agriculture, a indiqué, jeudi à Rabat, Nicolas Blancher, le chef de l'équipe du Fonds monétaire international (FMI) qui a effectué du 29 octobre au 7 novembre 2019 une mission dans le Royaume axée sur la deuxième revue de l'accord au titre de la ligne de précaution et de liquidité (LPL).

Globalement, la politique économique est saine et les fondamentaux économiques du Maroc sont solides, a souligné M. Blancher, relevant que la politique et les résultats macroéconomiques du Maroc restent solides, en dépit de la volatilité de la production céréalière, de la faible croissance des principaux partenaires commerciaux du pays et des risques externes élevés.

Selon les projections du FMI, l'inflation ralentirait à 0,4 % et le déficit budgétaire pour 2019 devrait atteindre 4% du PIB, en raison d'une hausse des dépenses en capital plus importante que celles des recettes, a-t-il estimé, notant que le chômage s'est établi à 9,4% au troisième trimestre de 2019 et le taux d'activité à 44,9%.

Dans ce contexte, rapporte la MAP, le déficit des transactions extérieures courantes devrait se réduire à environ 5,1% du PIB en 2019 et les réserves internationales brutes devraient atteindre 25,5 milliards de dollars à fin 2019, soit environ 5,2 mois d'importations, a-t-il ajouté, faisant par de la satisfaction de l'équipe du FMI quant à l'intention des autorités marocaines d'assouplir progressivement le régime de change, ce qui permettra à l'économie nationale de mieux absorber les chocs extérieurs et de préserver sa compétitivité.

"Les autorités marocaines restent déterminées à opérer des réformes importantes sur les fronts budgétaire, financier et structurel, ce qui devrait renforcer la résilience de l'économie aux chocs extérieurs et favoriser une croissance plus élevée et plus inclusive", a-t-il dit.

De même, l'équipe du FMI salue le renforcement de la solidité du secteur financier, les progrès de l'inclusion financière et l'amélioration du climat des affaires, et encourage les autorités marocaines à accélérer les réformes structurelles afin d'améliorer la gouvernance, lutter contre la corruption, réduire les disparités régionales et sociales et lutter contre le chômage, en particulier parmi les femmes et les jeunes, en plus de renforcer l'éducation, a souligné M. Blancher.

A l'issue de cette mission, l'équipe du FMI note avec satisfaction que les autorités comptent accélérer les réformes budgétaires dans les années à venir, à travers notamment la mise en œuvre des recommandations des Assises nationales sur la fiscalité en mai 2019, a-t-il dit, relevant toutefois qu'il y a lieu d'entourer de plus de précision la loi-cadre issue de ces recommandations, de spécifier et clarifier le calendrier de ses réformes, leur nature et leurs impacts futurs pour aboutir à une fiscalité plus équitable.

M. Blancher a assuré que le Maroc s'engage également sur les voies de l'optimisation de la gestion des actifs publics, la poursuite de la rationalisation des dépenses de fonctionnement et le renforcement de l'efficacité des dépenses d'investissement, ajoutant que ces efforts permettront d'accroître l'espace budgétaire nécessaire pour l'investissement public et les programmes sociaux en faveur des populations vulnérables et contribueront aussi à réduire la dette publique à 60% du PIB à moyen terme.

Le conseil d'administration du FMI a approuvé l'accord LPL en faveur du Maroc pour un montant de 2,15 milliards de DTS (environ 3 milliards de dollars) en décembre 2018. Les autorités marocaines n'ont effectué aucun tirage à ce titre et ont l'intention de continuer à considérer cet accord comme un accord de précaution.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.