Angola: L'IFC ouvre un bureau et garantit un financement accru

Luanda — La Corporation Financière Internationale (SFI), l'un des "bras" de la Banque mondiale, a ouvert vendredi son bureau à Luanda (Angola) dans le cadre de l'augmentation du portefeuille de financement du secteur privé.

Avec un portefeuille d'investissement de 111 millions de dollars destiné à soutenir, par le biais de prêts aux petites et moyennes entreprises, grâce à l'ouverture des bureaux à Luanda, l'IFC prévoit une augmentation de ce financement, selon son vice-président pour le Moyen-Orient et l'Afrique, Sérgio Pimenta. S'exprimant lors de l'acte inaugural des bureaux, dont la plaque a été dévoilée par la ministre des Finances, Vera Daves, le responsable de l'IFC a déclaré qu'avec son bureau permanent en Angola, la corporation contribuer à renforcer la collaboration plus rapprochée avec les partenaires des secteurs public et privé du pays.

Dans le cadre du diagnostic préalablement fait, les domaines stratégiques de l'IFC sont, en termes de financement, le secteur agroalimentaire, la logistique, le tourisme et l'accès au crédit bancaire. «Nous voulons développer ce portefeuille et c'est pourquoi nous ouvrons nos bureaux en Angola. Grâce à notre présence, nous travaillerons directement avec le secteur privé et le gouvernement, à la fois en tant que produit financier et en tant que produit de conseil », a garanti le responsable de l'IFC. Soutenir la création de marchés en Angola et répondre à temps aux opportunités et aux défis qui se présentent font partie des autres stratégies de l'IFC. "Nous sommes très intéressés par une collaboration avec l'Angola pour mieux exploiter ses atouts et concrétiser son potentiel de croissance et de réduction de la pauvreté", a souligné Sérgio Pimenta.

Pour l'IFC, l'Angola est l'une des économies les moins diversifiées au monde. Le rapport publié récemment par l'IFC et la Banque mondiale et intitulé «Création de marchés en Angola: diagnostic du secteur privé du pays» identifie les défis économiques auxquels le pays est confronté, ainsi que les nombreuses possibilités de stimuler une croissance et un développement économiques durables, catalysant le pouvoir du secteur privé. Avec l'ouverture de son bureau à Luanda, l'IFC porte à 23 le nombre de bureaux en Afrique, et neuf autres devraient être ouverts d'ici la fin de l'exercice fiscal.

En tant que plus grande institution de développement mondiale axée sur le secteur privé dans les marchés émergents, elle collabore actuellement avec plus de 2 000 sociétés dans le monde entier, tirant parti de son capital, de ses connaissances et de son influence pour créer des marchés et des opportunités là où elles sont le plus nécessaires. À la fin de l'exercice 2019, l'IFC a alloué aux pays en développement un financement à long terme de 19 millions de dollars, exploitant ainsi le pouvoir du secteur privé pour éliminer la pauvreté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.