Centrafrique: La situation sécuritaire reste compliquée à Birao

Si le calme est revenu depuis les derniers affrontements en septembre, les 12 000 déplacés ont encore peur de rentrer chez eux. Les rumeurs d'attaques sont régulières et les hommes en armes dans la ville très nombreux.

La saison sèche a débuté à Birao. Le sable se soulève en nuage de fumée au passage des véhicules de la Minusca - le bataillon zambien des « Zambat ». La force onusienne n'est pas la seule à patrouiller en ville. Depuis peu les forces officielles, l'armée, la gendarmerie et la police, ont été déployées.

« La mission était de venir sécuriser Birao. Il y a une patrouille conjointe avec les Zambat et notre patrouille particulière avec police et gendarmerie. On a des programmations hebdomadaires, on sort, on sillonne toute la ville, on reste au marché, on discute avec la population et après on revient », explique le capitaine Begoto, commandant de détachement des Faca.

Au marché, de nombreux jeunes hommes portent des armes. Difficile de dire s'ils appartiennent à des groupes armés et auxquels.

« Que ce soit MLCJ, FPRC, n'importe quel porteur d'armes nous n'en voulons pas ici dans la préfecture de Vakaga, s'énerve le sultan-maire de Birao, Ahmat Moustapha Amgabo. Nous avons vu beaucoup d'armes au marché. Ce sont les jeunes de Birao. On a donné ça, nous avons fait notre autodéfense, ils vont sécuriser la ville. Ce sont nos enfants. »

Les hommes du FPRC qui tenaient Birao depuis 2014 ne sont plus en ville. Leurs bases sont aujourd'hui totalement vides.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.