Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - Après sa reddition, un ex-Nyatura sensibilise à Masisi

Le colonel autoproclamé, Adelar Havugimana du groupe rebelle Nyatura/Forces démocratiques pour la défense des droits humains, (FDDH), s'est rendu aux FARDC à Katonotobo, en groupement Nyamaboko dans le Masisi( Nord-Kivu) depuis le lundi 4 novembre dernier. Depuis, l'ex-chef rebelle s'adonne à une campagne de sensibilisation de ses compagnons d'armes restés en brousse.

Dans un message à la presse, jeudi 7 novembre, ce dernier affirme s'être rendu aux autorités pour obtempérer au mot d'ordre du gouvernement congolais qui a sommé tous les animateurs des mouvements rebelles à participer à la pacification du pays, faute de quoi ils y seront contraints. D'autre part, Adelar indique n'avoir constaté aucun intérêt à combattre contre la République, alors qu'il y a lieu de servir sous les couleurs nationales.

L'ancien chef rebelle reconnait que l'expérience qu'il a passée dans les forêts de Masisi n'a jamais abouti à des résultats escomptés. Il espère que sa contribution à la restauration de la paix permettra à la province du Nord-Kivu de booster son développement qui a connu un retard significatif à cause des rébellions qui s'y sont succédées depuis l'avènement de l'AFDL.

C'est d'ailleurs dans cet ordre d'idées qu'il adresse un message pathétique à l'égard de tous les groupes armés, les exhortant à suivre ses pas. Car, estime-t-il, beaucoup reste à faire au sein de l'armée et même dans la vie civile.

« J'ai vu qu'il n'y a plus de raison de rester en brousse. J'ai accepté de céder les outils de guerre que j'utilisais et même quelques jeunes avec qui je travaillais en brousse. A ceux qui y sont restés, il n'y a vraiment aucun avantage à rester là. Celui qui est prêt à travailler avec les FARDC, doit se fasse recenser ou si on se trouve incapable de faire l'armée, il y a beaucoup à faire dans la société. Mais rester dans la rébellion, c'est inutile. C'est ça ma prière envers eux », dit-il.

Lors de sa reddition aux FARDC, l'ancien chef rebelle Adelar Havugimana était suivi de 7 de ses hommes munis de 3 armes, 2 grenades et un outil de communication.

Il faut également indiquer que depuis quelques mois, le nombre des redditions de combattants des groupes armés au Nord-Kivu s'accroît de plus en plus. Par exemple, depuis octobre, on dénombre au moins 50 ex-rebelles de la seule faction de Force démocratique pour la Défense des Droits humains/Nyatura qui ont déposé leurs armes.

Pour le fonctionnaire délégué du gouverneur à Luke où nombreux de ces miliciens opéraient, il s'agit d'une victoire et un pas de plus pour le retour de la sécurité dans la région du Nord-Kivu.

Toutefois, Aima Ntihemuka reconnait que ces redditions sont le fruit d'une sensibilisation intense des autorités de base. De son côté, celui-ci appelle d'autres porteurs illégaux d'armes qui trainent à bien s'inscrire dans la logique du président de la République, celle de la consolidation de l'autorité de l'État dans la zone

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.